La grâce présidentielle accordée à Bah Oury, le 1er vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée -UFDG- ne rassure son président, Cellou dalein Diallo. Le chef de file dit craindre une manœuvre de déstabilisation de son parti.

« On n’a peur que la grâce présidentielle -accordée récemment à Bah Oury- ne soit en contrepartie un mandat qu’on lui donne pour déstabiliser Cellou ou l’UFDG. Parce que depuis la rencontre entre Alpha et Bah Oury qui a donné lieu à cette grâce, on sent que les discours du vice-président ont changé. Il est devenu encore plus modéré », a remarqué le chef de file de l’opposition chez nos confères d’Espace fm.
Toutefois, la figure proue de l’opposition souligne que son parti a publié une déclaration pour exprimer sa satisfaction face à la libération des prisonniers et le retour des exilés tels que Bah Oury et Tibou Camara.

« Même si nous avons déploré que cette grâce ne soit pas appliquée à l’ensemble des hommes et des femmes qui ont été impliqués dans cette fameuse affaire du 19 juillet 2011, je l’ai appelé pour l’en féliciter et j’ai laissé un message, il ne m’a pas répondu », déplore-t-il.
Cette grâce présidentielle de 171 prisonniers et condamnés dont le vice-président de l’UFDG, Bah Oury est intervenue au lendemain de la réélection d’Alpha Condé à la tête du pays pour son second et dernier mandant. Un geste qualifié par certains observateurs comme étant un acte d’apaisement pour la réconciliation nationale.

avec lejourguinee

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here