Fusillade a Charlie hebdo les auteurs signalés

0
Photo des suspects

Photo des suspects Sept personnes sont en garde à vue, au lendemain de l’attaque meurtrière qui a frappé l’équipe du journal satirique français Charlie Hebdo. Après l’attentat, qui a fait douze morts et onze blessés, dont quatre graves, un avis de recherche a été lancé contre trois hommes. L’un d’eux, âgé de 18 ans, s’est présenté lui-même au commissariat de Charleville-Mézières. La police suit deux autres suspects, les frères Kouachi, qui ont été signalés dans l’Aisne. Une autre attaque au fusil mitrailleur a eu lieu dans le sud de la capitale ce jeudi.

12h28 : Claude Moniquet, ancien agent du renseignement français au sein de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et spécialiste du terrorisme, a commenté la traque des suspects sur l’antenne de RFI : « Ce qu’on peut dire sur les frères Kouachi, c’est que ce sont des  » clients  » – comme on dit dans la police – assez sérieux puisque l’un d’eux, Chérif, le plus jeune d’ailleurs, (…) avait été sous l’influence d’un prédicateur qui était lui-même lié (à) l’une des évolutions des GIA algérien. Donc, ce sont des gens apparemment au cœur d’une mouvance jihadiste depuis des années. Mais les frères Kouachi, apparemment, n’avaient pas fait parler d’eux depuis trois ou quatre ans. »

12h20 : Le président François Hollande s’est exprimé, de nouveau, ce jeudi matin aux Invalides à Paris : « Hier, des rassemblements spontanés partout en France se sont constitués. Notre pays, notre grande France, sait se réunir pour défendre son idéal, l’idéal de la République, l’idéal de la paix face à ceux qui prétendent l’atteindre en tuant des journalistes et des policiers. C’est en étant rassemblés, unis, solidaires que nous ferons face à la barbarie terroriste, à l’intolérance, à l’infamie, au-delà des croyances, au-delà des opinions, au-delà des sensibilités et au-delà des origines oui, tous rassemblés parce que ces différences qui existent de notre pays s’effacent quand il y a l’essentiel qui est en cause. Et ces différences deviennent autant de richesses au service de l’unité nationale. »

12h09 : Une minute de silence a été observée en France à la mi-journée. L’intégralité du réseau de transport de la RATP (Ile-de-France) s’est arrêté.

12h05 : Charlie Hebdo pourra « sortir la semaine prochaine », assure un chroniqueur du journal, Patrick Pelloux, alors que l’équipe du journal a été décimée dans l’attaque de mercredi.

11h50 : Le pape François a consacré une prière, jeudi, à toutes les victimes de l’attaque ayant frappé l’équipe de Charlie Hebdo mercredi. « L’attentat d’hier à Paris nous fait penser à toute cette cruauté, cette cruauté humaine ; à ce terrorisme, que ce soit un terrorisme isolé ou un terrorisme d’Etat. Cette cruauté dont l’homme est capable ! », a déclaré le souverain pontife lors de sa messe du matin à la résidence Sainte-Marthe. « Prions, maintenant, pour les victimes de cette cruauté. Tant de victimes ! Et prions aussi pour les personnes cruelles, afin que le Seigneur convertisse leur cœur », a-t-il ajouté.

11h45 : « Les plaques d’immatriculation ne correspondent pas au véhicule », explique une source proche de l’enquête à l’AFP. « Les brigades d’intervention, stationnées Porte de la
Villette, ont reçu l’ordre de s’équiper de fusils d’assaut et d’équipements de protection », explique une source policière à la même agence de presse.

11h30 : Les deux suspects principaux ont été « formellement signalés » par le gérant d’une station-service à proximité de Villers-Cotterêt, dans le département de l’Aisne (nord de la France), selon l’Agence France-Presse qui cite des sources proches de l’enquête. Ils sont cagoulés, armés de kalashnikov et de lance-roquettes « apparentes », selon une source de l’AFP. Ils circuleraient en direction de Paris, à bord d’une Renault Clio.

macka Balde pour

libreopinionguinee@gmail.com

Contact 0033601064916

 

Comments

comments