Photo Alpha conde a n'zérékoré

 

« Nous allons donner des moyens aux gendarmes, aux policiers et à l’armée. Tous ceux qui veulent mettre de la pagaille, comme ceux qui sont partis dans la forêt de Kéréma auront affaire avec l’Etat. Désormais, l’Etat va montrer sa présence. Il faut que ce soit clair pour tout le monde. Nous savons qu’il y a des gens qui ne veulent pas le changement, mais il aura lieu. Je vous le garantis ». Cette mise en garde est du Président Alpha Condé, le 23 mai, à Nzérékoré, en tournée dans la région forestière.

Seize jours auparavant, le 7 mai, deux personnes avaient été interpellées, en toute discrétion, dans leur champ, au district de Kéréma, à onze kilomètres de Nzérékoré. Le même jour, des centaines de femmes avaient battu le pavé pour réclamer le retour de leur « fils », Moussa Dadis Camara en exil au Burkina Faso. Simple coïncidence ? Autre mythe, les raisons de l’arrestation du Caporal-chef Doguis Koly Théa, 28 ans, père de deux enfants et marié à une femme, militaire et de son cousin, Kalla Honomou, économiste, marié à une femme et père de cinq enfants.

« Après quatre jours de détention à la gendarmerie de Nzérékoré », les deux infortunés ont été transférés à Conakry, détenus depuis le 11 mai au PM3 de Matam. Interrogés, dit-on, par la police judiciaire, « en l’absence de leur avocat », sur la raison de la présence d’un grand nombre de jeunes dans leur champ, les détenus auraient expliqué que c’est l’entraide qu’organisent les paysans lors des travaux champêtres. Me Gabriel Faya Kamano, avocat de Théa et Honomou confie avoir rencontré ses clients, mais sans pouvoir prendre connaissance du dossier.

« J’ai appris par la presse qu’on leur reprochait une tentative de coup d’Etat, d’autres disent de rébellion, c’est-à-dire l’insoumission à l’autorité de la place. Mais dans l’un comme dans l’autre des cas il serait ridicule de penser que des citoyens qui ont été arrêtés dans leur champ, à 1000 kilomètres du Palais présidentiel, puissent fomenter un coup d’Etat ».

Du cordonnier au putschiste

Cordonnier, le Caporal-chef Doguis Koly Théa serait très calé dans la fabrication des chaussures rangers. Son talent lui aurait valu son enrôlement dans l’armée en 2009. Alpha Condé aurait promis de le financer pour se moderniser. Promesse non encore tenue. La veille de son arrestation, le Caporal-chef a reçu dans son champ, la visite de trois gendarmes, dont un capitaine qui se serait dit satisfait de chaussure la marque de son hôte. Ce gendarme aurait promis d’aider le caporal-chef à faire aboutir son projet et de lui demander de se présenter à Nzérékoré. Théa « était un peu perplexe. Malheureusement chez nous, quand on vous convoque on dit toujours pour affaire vous concernant. Il a même pensé qu’on a confondu son rendez-vous avec le capitaine avec une affaire pouvant déboucher sur une convocation. Lorsque son cousin Kalla qui l’accompagnait a voulu savoir les raisons de son interpellation, lui aussi a été considéré comme complice et privé de liberté », raconte Me Kamano.

Celui-ci, par ailleurs, déplore la détention préventive prolongée de ses clients, leur privation d’avocat et la non signification des raisons de leur interpellation : « Nous avons écrit au Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Mafanco. Qui a adressé un courrier au PM3 pour qu’ils soient déférés parce que le délai de la garde-à-vue est largement dépassé, il est de quarante-huit heures et cela fait 21 jours qu’ils sont détenus. Nous craignons pour leur santé et pour leur vie. L’un a un problème pulmonaire, l’autre, l’hémorroïde interne ». Me Gabriel Faya Kamano attend la réaction du Procureur général de la Cour d’appel de Conakry, il lui a écrit depuis le 28 mai, pour attirer son attention.

Les instructions « du haut niveau »

« Le Commandant-adjoint du PM3, un certain Jackie, m’a dit avoir reçu des instructions du haut niveau de ne pas laisser les avocats entrer en contact avec les détenus. Je suis venu une deuxième fois, j’ai retrouvé la même personne, j’ai obtenu la même réponse. La troisième fois, j’ai trouvé le Commandant du PM3, le Colonel Tamba Gabriel Diawara, qui a trouvé anormal d’interdire à un avocat de rencontrer ses clients. J’ai finalement rencontré mes clients qui m’ont expliqué les circonstances de leur arrestation, leurs conditions de détention », déclare l’avocat qui s’étonne du transfert de ses clients à Conakry : « Nzérékoré n’est quand même pas un village. Il y a des services de police et un tribunal là-bas. En matière d’infraction, la juridiction compétente est soit celle du lieu de la commission de l’infraction, soit celle du lieu du domicile de la personne interpellée ou celle du lieu d’arrestation. Or, la prétendue infraction serait commise à Nzérékoré, les personnes sont domiciliées et ont été interpellées là-bas. Le Tribunal de Nzérékoré serait le seul compétent dans cette affaire. On ignore pourquoi ils ont été déportés à Conakry, en violation de la loi ».
Bien des observateurs voient en l’arrestation du Caporal-chef Doguis Koly Théa et de Kalla Honomou une affaire plus politique que judiciaire, tant sont multiples les violations de la procédure. Me Gabriel Faya Kamano ne va pas jusque-là, mais il constate : « La Guinée, depuis les premières années de l’indépendance, a été victime de complotite.

Il y a toujours un groupe de cadres, d’agents qui, faute d’obtenir les faveurs du pouvoir par le travail bien fait cherchent à colmater des fausses histoires, des prétendus coups d’Etat pour sacrifier d’autres citoyens et entrer dans les grâces de l’autorité. Cette façon de faire est anormale. C’est un faux problème.

Aujourd’hui, aucun Guinéen ne va soutenir un coup d’Etat, à plus forte raison la communauté internationale. Vous serez isolé. Personne ne le souhaite à la Guinée. C’est un faux dossier. Il n’y a aucune preuve contre eux. C’est juste pour leur créer des ennuis et obtenir les grâces du Chef. Je demande aux autorités d’examiner ce dossier avec beaucoup d’attention pour ne pas tomber dans un piège ».

Source: La Lance

 

 

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here