En Guinée, l’Etat symbolise et incarne à lui seul, le désarroi et la misère de ses citoyens qu’il abuse au quotidien (Opinion)

Dans un pays normal, on gouverne avec la carotte et le bâton. La carotte, ce sont les avantages que la loi confère à chaque citoyen de la République. Le bâton, ce sont l’ensemble des contraintes liées à l’application stricte de la loi, qui s’impose à tous les citoyens de la République.

Gouverner c’est donc, chercher l’équilibre dans l’administration du bâton et la carotte dans un esprit d’équité et de justice envers tout le monde.

Ceci dit, lorsque notre gouvernement annonce l’indemnisation de tous les détenteurs d’un titre foncier qui verrait leurs maisons casser sur le site dit réservé de Demoudoula; on pouvait s’attendre par la même occasion, à ce que le gouvernement annonce les sanctions qu’il compte infliger aux autorités ayant illégalement, délivrés ces faux titres fonciers à ces malheureux citoyens.

Gouverner, c’est prévoir; prévoir, c’est anticiper. Sachant qu’une maison se construit en pleine journée et qu’elle ne sorte pas de terres en une journée; on peut légitimement, s’interroger et se demander où étiez toutes ces autorités qui défilent sous les caméras de la RTG sur le site de Demoudoula pour abreuver les guinéens des discours démagogiques sur la nécessité de protéger l’environnement et les zones dites protégées de l’Etat.

Dans tous les pays du monde, l’administration publique est au service exclusif de citoyens; les cadres sont engagés et payés par le budget national pour accomplir cette mission au nom de l’Etat.

En Guinée, le pays des paradoxes et des exceptions négatifs; c’est plutôt, le contraire. Tous les services de l’administration, travaillent pour offrir la possibilité à ses cadres de plutôt, se servir de citoyens, au lieu de les servir comme cela se devait dans une gouvernance normale.

La Guinée est devenue un pays qui patauge qui a impérativement besoin de changement pour amorcer sa nécessaire refondation.

Sow Boubacar, Fribourg; Switzerland.

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here