Dysfonctionnement à la CENI : trois mille cartes électeurs de Labé dorment à Friguiady dans Maneyah

0

A cinq jours de l’élection présidentielle, les adversaires d’Alpha Condé tiennent toujours au report de la date du scrutin prévu le 11 octobre prochain. Cette demande a été réitérée cet après-midi par les représentants de sept des huit candidats en lice lors d’une conférence de presse.

Dans ses explications, Aliou Condé de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a laissé entendre que depuis hier, l’opposition guinéenne a saisi la Ceni par une demande de report du 11 octobre dans le cadre des délais légaux. Pour Justifier cette demande de report du scrutin, il dira cela fait suite aux disfonctionnements constatés sur le processus électoral.

« Ce pour prévenir de ce qui pourrait advenir demain, compte tenu des disfonctionnements que nous nous avons constatés, que nous avons préféré alerter à l’opinion nationale et internationale pour que l’on sache que même s’il y a des appels au calme, il y a d’autres problèmes sur le terrain », souligne Aliou Condé.

Parlant de ses anomalies, le secrétaire général de l’UFDG cite le cas du fichier électoral, la cartographie des bureaux de vote ainsi que la distribution anarchique des cartes électeurs. « Le fait de nous donner le fichier électoral après avoir donné la cartographie est une anomalie. A 14 jours du scrutin, on nous donne une cartographie qui n’est pas correcte et à 8 jours, on nous donne un fichier. Voilà entre autres des anomalies que nous avons constatés au niveau de la cartographie ».

En ce qui concerne la distribution des cartes électeurs, Aliou condé affirme qu’il y a des rétentions dans la distribution des cartes dans certaines zones ainsi que des omissions de certains électeurs. « Il y’a des électeurs de 2013 et de 2015 qu’on ne retrouve pas. Il y’a même trois mille cartes de Labé qui dorment à Friguiady dans Maneyah. La situation est vraiment chaotique. Personne ne peut vous dire de quoi il s’agit », martèle-t-il.

C’est pourquoi, Aliou Condé a affirmé qu’il est difficile d’avoir une vue correcte du processus électoral. « Ces constats ne permettent pas d’aller à une élection apaisée. Et si on va une élection dans cette situation, cela constituerait des risques palpables à des conflits électoraux », prévient Aliou Condé.

avec lejourguinee

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici