Drame au Maroc: 38 jeunes Guinéens périssent par noyade

0
Guinéens mort par noyade au Maroc

 

Guinéens mort par noyade au Maroc

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils étaient nombreux, ces jeunes guinéens,originaires de Mamou, au total 38 qui s’étaient embarqués Mercredi dernier, c’est-á-dire le 09 Décembre 2015 pour une destination sans retour. Au péril de leur vie, ils s’étaient embarqués à bord d’un kayak à la recherche d’un paradis qui n’existe nulle part en Europe.

Ces jeunes dont l’âge varie entre 18 et 20 ans avait perdu confiance en eux et en leur pays d’origine, la Guinée. Et un homme qui n’a pas confiance en soi est déjà à moitié handicapé. Ce handicap n’est pas dû au fait que la Guinée se trouve dans des contextes sociopolitiques qui sauraient véritablement le justifier ou le favoriser. Mais ce sont plutôt les candidats à l’immigration qui se l’invente plutôt, par désespoir. Les Guinéens en particulier et les Africains en général doivent se débarrasser de ce complexe de l’Occident et du colonisé qui s’est mué en complexe du sous-développé, et qui a la vie dure. Au point d’empêcher nombre d’entre eux à se dire qu’ils sont aussi capables de créer, d’inventer et de se construire la société dont ils aspirent au même titre que les autres peuples des pays qu’ils considèrent comme des eldorado ou des références.

Beaucoup de jeunes guinéens ne rêvent que d’une seule chose de nos jours : partir en Occident à la recherche d’un hypothétique eldorado. Sans pourtant se dire que si eldorado il y a ailleurs à l’étranger, il a bien fallu le rêver et le réaliser par le travail. Au prix de moult sacrifices, et au fil des générations.

Quelles que soient les motivations pour lesquelles certains jeunes ont choisi de s’établir hors du continent, l’idée que se font beaucoup de jeunes guinéens du « paradis européen » est totalement fausse. La démocratisation des moyens de communications avec la télévision et Internet leur montre en effet des images d’un ailleurs, hors du continent, qui attisent ce rêve idéalisé. Et parfois, ce sont les premiers migrants qui y contribuent en masquant la réalité de leur situation en Europe, tout juste pour paraître aux yeux de ceux qui sont encore sur le continent. Sans compter qu’en Guinée, dans les villages reculés, il se trouve encore de nombreux parents pour penser qu’avoir un enfant en Occident est synonyme à la fois de réussite et de prestige. Dans ces conditions, l’incitation à l’aventure le dispute donc à l’espoir d’un soutien financier en retour une fois établi. Si l’Occident était réellement le paradis que l’on croit naïvement en Afrique, il y a bien longtemps que tous les Africains qui y ont une fois foulé le sol ne seraient jamais revenus en Afrique. Qui ne rêve pas de paradis !

Que les âmes de ces braves jeunes disparus à la fleur de leur âge reposent en paix et que le paradis soit leur dernière demeure !
La Guinée va longtemps vous pleurer.

Plus jamais ça !!!

Thierno Ousmane Balde
TOB

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici