Photo femme manifestantez n'zerekore

‘’Durant les cinq dernières années, la région de la Guinée forestière a connu plusieurs évènements douloureux dont entre autres : GALAKPAI, SAORO, ZOGOTA, DIECKE, KOULE-NZEREKORE-BEYLA ET WONMEY.

Suite à ces évènements, les populations vivantes en Guinée forestière ont signé un pacte de non agression et de cohabitation pacifique le 19 novembre 2013.
Depuis cette date, la principale préoccupation de ces groupes sociaux reste la vulgarisation de ce pacte dans le but de consolider la paix et de maintenir la quiétude sociale.
Voilà que cette région, dans ces démarches, se trouve confrontée à de nouvelles menaces de déstabilisation.
Tout a commencé par des rumeurs soutenues par le discours du chef de l’Etat lors de son dernier passage à N’zérékoré « je suis informé d’une préparation de rébellion dans la foret de Kérékma ».
Comme conséquence, deux citoyens ont été arbitrairement arrêtés à KEREMA et déportés manu-militari au PM3 de Conakry ; heureusement ces citoyens ont retrouvé leur liberté provisoire grâce à l’activité des ONG de protection et de défense des droits de l’Homme.
Encore, jeudi le 23 juillet 2015, aux environs de 15 heures, les paisibles populations de KEREMA et villages environnants ont été paniqués par une descente musclée d’un contingent mixte lourdement armé convoyés à bord de six (6) véhicules immatriculés comme suit :
AG : 251 536 ;
AG : 251 538 ;
AG : 251 537 ;
AG : 251 534 ;
VA : 47 95 AGN.
Cette opération qui a durée de 15h 04 mn à 17h 25mn était dirigé par le colonel NINGUIRA commandant régional de la gendarmerie de N’zérékoré.
Face à ces menaces, les populations de KEREMA et village environnants ayant en mémoire les séquelles des évènements dramatiques de ZOGOTA ont commencé à se déplacer massivement.
Aujourd’hui, la ville de N’zérékoré vit dans une psychose généralisée et toute la population de la Guinée forestière cherche à connaitre les raisons profondes d’une telle descente car les véhicules de cette opération ne sont pas revenus avec tous leurs contenus en homme qu’en équipements.
A rappeler qu’après avoir paniqué tout le village, ce contingent militaire s’est dirigé dans la fameuse forêt de KEREMA située à plus de 25 km.
Est-ce pour cacher des armes pour servir de prétexte ou preuve de leur rébellion tant dénoncée possiblement en préparation dans ladite forêt ?
Ou préparer un plan de massacre à l’image de celui de ZOGOTA ?
Face à cette inquiétude grandissante, nous prenons à témoin l’opinion nationale et internationale et nous responsabilisons tous les commanditaires et leurs complices.’’
PAR
LA COORDINATION RÉGIONALE DE LA JEUNESSE FORESTIÈRE

 

 

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here