L’opposition républicaine guinéenne, section Sénégal, a écrit une longue lettre à l’ambassadeur de France à Dakar pour dénoncer ce qu’elle a appelé « violation des droits de l’homme » au pays d’Alpha Condé à la veille d’une visite. Libreopinionguinee vous propose l’intégralité de ladite lettre!

Opposition Républicaine de Guinée
Section du Sénégal Dakar le 05/08/2015
Grand Yoff Citée Millionnaire N°10
Tel: 77 541 81 26 / 76 6849461

A Monsieur l’Ambassadeur
De France au Sénégal
NR: 07/OPG/SS/2015

Objet: Violation des droits de l’homme en Guinée
Excellence monsieur l’Ambassadeur,

Le collectif des partis politiques de l’opposition guinéenne regroupé au sein de l’opposition républicaine vous présente ses compliments.

Nous vous exprimons notre préoccupation sur la dangereuse crise sociale, politique et économique de notre pays et venons par la présente vous notifier notre désapprobation et notre dénonciation de la politique du Président Alpha Condé.

Par cette démarche, nous voudrons attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation socio-économique et politique précaire qui prévaut en Guinée

Nous, citoyens guinéens de tous bords politiques, de la société civile guinéenne vivant en République du Sénégal, exprimons notre ras-le-bol et notre désenchantement face à la situation de désolation et de misère que présente notre pays depuis son indépendance, situation beaucoup plus accentuée depuis l’avènement au pouvoir du Président Alpha Condé en 2010.

En effet le régime politique instauré par le Président Alpha est caractérisé par un repli identitaire amplifié par la dilapidation des ressources publiques, la gabegie, le gaspillage et les malversations financières et détournements suivant des procédés machiavéliques et peu orthodoxes (marché de gré à gré, gestions des contrats miniers, corruption généralisée, gestion à caractère familial et communautaire de toute la Nation, sans oublié la gestion de l’épidémie à virus Ebola ou « Ebola business »

Les stigmates de cette mauvaise gouvernance sont légion : absence total de services sociaux de base (eau, électricité, éducation de base, infrastructures routières, soins de santé primaires), le clientélisme l’exclusion sociale basé sur la stigmatisation de certaines communautés ou de personnes qui ont eu à dénoncer les tares du pouvoir en place, le chômage généralisé, la dépravation des mœurs, le désœuvrement de la jeunesse

Sur le plan des droits de l’homme, on a assisté et continuons à assister à une violation flagrantes et systématique des droits humains les plus élémentaires :

– les abus et les violences politiques

– les chasses à l’homme, les assassinats ciblés et disparitions non élucidé de personnalités par une milice privée à la solde du Président Alpha Condé

– le caractère ethnocentrique et ethno stratégique de l’action politique du gouvernement Condé avec pour corollaire de gros risques d’exacerbation des clivages ethniques

– la mise en place d’une justice à sens unique et aux ordres, la non-séparation des pouvoirs qui constitue le fondement essentiel de toute démocratie

– les massacres – par centaines – de populations innocentes de Zogota, Galapaye, Saoro, Siguiri, N’Zérékoré, Womé etc.…

– près de 80 jeunes à la fleur de l’âge qui ont été lâchement et froidement assassinés alors qu’ils exprimaient, dans des mouvements pacifiques, leur ras le bol lors des marches et manifestations politiques

Par ailleurs, il faut aussi rappeler que le pouvoir en place et leur proche dilapident les maigres ressources financières du pays pour l’achat de conscience, à coup de milliards de francs tant en Guinée qu’à l’étranger alors que nos compatriotes vivant au pays souffrent, vivent dans la misère et ont du mal à assurer leur pitance quotidienne. Les maladies les plus banales, (fièvres typhoïdes, cholera, etc.) ou complètement éradiquées dans la plupart des pays (rougeole) sans parler de la fièvre à virus Ebola ont élues domicile en Guinée et continuent à y faire de grands ravages.

Sur le plan politique, le refus de dialoguer avec les partis de l’opposition, la violation de la constitution et du code électoral ont été la règle de fonctionnement du régime du président Alpha Condé. La destitution des élus locaux de l’opposition et la mise en place de délégations spéciales favorables au parti au pouvoir s’est fait tout au long de son mandat.

Sur le plan économique, nous demandons solennellement au Président Alpha Condé, d’éclaircir la lanterne des Guinéens sur les transactions financières controversées portant sur les 25 millions de dollars de Palladino, les 150 millions de dollars du gouvernement angolais, les 700 millions de dollars de Rio Tinto, les sorties opaques de fonds de la Banque Centrale à destination des Emirats Arabes Unies, sans compter les scandales de surfacturation et de détournements dont sont l’objet les proches du Président et du parti au pouvoir.

Partant de ce constat lugubre que présente notre pays, on est bien en droit de marteler qu’au lieu d’avancer, notre pays recule inexorablement vers un gouffre, un précipice avec ce régime actuel. Jamais la Guinée n’a été mal portante et ce depuis son indépendance. Les rapports de Nations Unies, de la FIDH, de Human Rights Watch, etc. en sont des témoignages plus qu’éloquents. Tout le monde se souvient de la phrase prononce par le président Condé à son discours d’investiture : « je prends la Guinée où le président Sékou Touré l’avait laissé » et chacun connait l’image que présentait la Guinée d’alors… Rien n’a changé avec ce régime Condé marqué par la dictature, l’intimidation, la délation et l’arbitraire

C’est pour toutes ces raisons que l’Opposition Républicaine de Guinée au Sénégal dénonce avec la plus grande énergie la campagne de propagande et d’achat de conscience par le gouvernement et le parti du président Condé en vue des élections présidentielles futures ; et initions ces actions d’envergures et de dénonciations des dérives dictatoriales de son régime et de son clan, avant, pendant et même après son séjour en République du Sénégal, le tout sous le sceau du respect scrupuleux des lois et règles en vigueur dans notre pays d’accueil

Notre engagement et notre détermination sans faille ne faibliront jamais pour la défense de notre Patrie, de la Démocratie, et de l’Unité nationale

Nous comptons sur votre nation pour nous accompagner dans ce processus de démocratisation de notre pays et mettre un terme aux violations des droits de l’homme, de la constitution et des lois régissantes le fonctionnement de la Guinée par la dictature et le régime ethnocentrique et discriminatoire de Alpha Condé
Veuillez agréer Excellence Monsieur l’Ambassadeur notre haute considération
L’opposition Républicaine de Guinée
Section du Sénégal.

 

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here