CENI : Salif Kebé rend hommage à ses prédécesseurs à la tête de l’institution électorale

0

Si la page Bakary Fofana s’était déjà refermée depuis l’arrêt de la Cour constitutionnelle validant sa destitution et l’élection d’Amadou Salif Kebé, elle s’est définitivement tournée depuis ce jeudi 17 août 2017 avec la cérémonie de passation de service entre les deux anciens protagonistes à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante.

En effet, ce jeudi au siège de l’institution sis dans le quartier Cameroun, sous la présidence du Ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation le Général Bourema Condé, Bakary Fofana a officiellement passé le témoin à l’ancien directeur du département juridique et de la communication Me Amadou Salif Kebé

Dans son discours, le président sortant Bakary Fofana a tout d’abord rendu hommage à ses prédécesseurs à la tête de l’institution électorale. Il citera respectivement feu Ben Sékou Sylla, Hadja Mame, le Général malien Toumany Sangaré et Lounceny Camara l’actuel ministre de la Ville et de l’aménagement du territoire. ‘’Cette passation de service doit être un moment de relais et de responsabilité qui nous oblige tous à œuvrer pour être au service d’une cause qui nous dépasse de même qu’elle justifie notre mission dans nos fonctions respectives, celui de l’intérêt supérieur de la Guinée’’ a appelé ses pairs commissaires. L’ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de transition de feu Jean Marie Doré a dans cet exercice rappelé le contexte difficile dans lequel lui et son équipe ont entamé leur mission. Parmi les contraintes de l’époque, garde-t-il en souvenir, des incertitudes sur les élections législatives, la méfiance entre les acteurs politiques, la crise au sein de l’institution électorale et la remise en cause des dispositions légales applicables aux élections. D’où la retraite de Bel-air qui a accouché un plan d’action

C’est ainsi, de 2012 à 2017, se félicite Bakary Fofana la CENI a enregistré des acquis dont la relance du dialogue politique et la redynamisation du processus électoral, la révision du fichier électoral malgré son évolution en dents de scie politique, la création d’un call-center pour faciliter l’identification des bureaux de vote par un simple appel, la tenue des élections législatives en septembre 2013, la production des statistiques électorales par le cabinet ICD et l’organisation de la présidentielle en 2015. Au titre des défis, interpelle M. Fofana, le paiement des arriérés de salaires des démembrements, la poursuite de la politique de renforcement des capacités des membres de la Céni, la réalisation du musée électoral, la préservation et le développement des acquis internes notamment la mutuelle de solidarité de la Céni. Sur les trois prochaines années, a-t-il ajouté, la Céni doit pouvoir organiser trois consultations majeures (locales, législatives de 2018 et la présidentielle de 2020) qui seront un test de maturité démocratique. Avant de réitérer ses souhaits de réussite à son successeur dont ‘’la réussite est celle de toute la Guinée’’, Bakary Fofana comme il a entamé a salué la mémoire de quatre commissaires décédés sur les 25 depuis 2012. Il s’agit de Yaya Kane, d’Ibrahima Diallo, de Maxime Koivogui et de Yero Condé

Pour sa part, le président entrant Amadou Salif Kebé a, saisissant la balle au rebond, a affiché toute sa détermination à ne rien lâcher pour surmonter les énormes défis qui interpellent son institution. Me Kebé entend fonder sa présidence sur le respect des vertus de transparence, d’indépendance, d’impartialité et de professionnalisme. ‘’Près de 5 ans de parcours ensemble, nous ne manquerons de savoir faire pour accomplir les missions afin de consolider et préserver les acquis, corriger nos insuffisances et explorer de nouveaux chantiers’’ décline le nouvel homme fort de la Céni

Présidant cette cérémonie de passation, le ministre de l’Administration du territoire le général Bourema Condé a, au nom du premier ministre, salué le dénouement heureux de la crise qui minait la Céni. Avec l’enjeu des élections locales dont la date d’organisation n’est toujours pas connue, le ministre Bourema a invité le nouveau patron de la Céni à ‘’développer un partenariat fiable et inclusif avec tous les partenaires intervenants dans le processus électoral dans le strict respect des obligations légales’’. Bye-bye Bakary Fofana, place à Salif Kebé, vivement ces élections incessamment repoussées, commente-t-on dans la cité

avec accentguinee

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici