Ceni-Guinée: une vraie fausse crise

Depuis quelques mois, des commissaires de la Commission électorale nationale indépendante -Ceni- entretiennent une vraie fausse crise au sein de l’institution. La dernière en date, c’est la menace de destitution du président Bakary Fofana, accusé à tort ou à raison, de mauvaise gestion des fonds alloués à l’institution.

Le lundi 19 juin 2017, s’est tenue à la Ceni, une plénière dont l’objectif principal était de demander le départ du président. Malheureusement, il y a eu plus de bruits que de faits. Parce que les commissaires qui criaient sur tous les toits ont « unanimement » accordé un « surcis » à celui qui était traité de tous les noms d’oiseau.

Au regard de cette attitude des commissaires de la Ceni, on a l’impression qu’à chaque fois l’institution est en face à ses responsabilités, on crée une crise. Tenez! Lors des séances dédiées à l’amendement du code électoral, la Ceni a complètement boudé arguant son indépendance. Mais ce qui semble se profiler à l’horizon, à la Ceni, on est en train de créer une « vraie fausse crise ». Car, les menaces n’aboutissent à rien alors que les accusations formulées par certains commissaires sont graves.

Si à chaque fois la situation de la crise au sein de la Ceni se termine par des conciliations, on pourrait affirmer qu’on veut juste créer du tort à Bakary Fofana. Parce que ceux qui l’accusent ne disposeraient pas suffisamment de preuve pour le destituer.

Déjà, après les menaces de ses pairs, ce dernier a fait une sortie médiatique indiquant qu’il ne se reprochait de rien après avoir organisé deux élections: les législatives de 2013 et les présidentielles de 2015.

Donc, aujourd’hui, on peut dire, eu égard à tout le brouhaha autour de la gestion des fonds alloués à la Ceni, la création d’un Comité de Trésorerie est bienvenue mais est-ce la cause de la crise? En définitive, les commissaires sont à l’image de leurs anciens patrons politiques. Ils menacent mais ne cassent pas un oeuf.

Amadou Kendessa Diallo

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here