Cellou Dalein, animé d’un esprit revanchard ?

0

J’ai reçu des menaces verbales et physiques. Ils m’ont poussé dehors comme un malpropre au vu et su de Cellou Dalein Diallo qui n’a pas levé un seul petit doigt jusqu’à ce qu’on mette dans la jupe garée dehors’’.
Ces mots sont de Bah Oury, vice-président exclu de l’UFDG sur la web radio Libre opinion RLO, basée à Paris. L’ancien exilé politique assure qu’il a été menacé par des hommes du général Sékouba Konaté lors d’une visite en 2010 à la résidence privée de Cellou Dalein Diallo.
‘’Il a fallu que Hadja Halimatou, interpellée Kadé Bah, la fille du doyen Bah Mamadou qui voyait tout par la fenêtre, aille dans le salon pour leur dire ‘vous êtes assis là alors qu’ils sont en train d’amener Bah Oury ?’’, se souvient-il.
Le soir, à croire, il reçoit le coup de fil du président de l’UFDG. ‘’Il m’a appelé pour me dire [en pular] ‘wadhein doyii, ein yottoyo, ein gagnoto ».Il m’a dit ‘il ne faut pas qu’on réagisse, il faut laisser passer. On aura bientôt la victoire et on va se venger après’’’.
‘’Je n’ai pas voulu faire des publications par la suite parce qu’on allait dire que c’est moi qui ai empêché Cellou Dalein Diallo d’avoir le pouvoir. C’est ce jour-là que Cellou a perdu le pouvoir en République de Guinée. Parce qu’il a montré qu’on peut s’attaquer à ses responsables de premier rang dans sa concession sans qu’il ne lève le petit doigt’’, estime Bah Oury.

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici