CANDIDATURE UNIQUE DE L’OPPOSITION: LA GRANDE FARCE!!

0

Comme il est de coutume à chaque élection, l’opposition gesticule sur l’éventualité d’une candidature unique

. Mais sous nos tropiques, il y a eu tellement de retournement de vestes que cette perspective semble une belle arlésienne. Rien de plus !

L’opposition guinéenne est une grande malade. Ses maux ont pour noms : défaillances organisationnelles, querelles de leadership, manque de vision politique, carence en ressources matérielles, financières… Lorsqu’il s’agit de faire chorus autour d’une idée ou d’un idéal commun, on trouve toujours des opposants qui pavoisent et qui finissent par faire péricliter le projet pour des desseins souvent inavoués et inavouables. Que n’a-t-on pas essayé ? Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition,Alliance pour la Démocratie et le Progrès(ADP),Congrès pour la Démocratie et le Progrès(CDP), Coordination de l’Opposition Extra Parlementaire(COEP),Opposition Républicaine Extra Parlementaire(OREP) et quoi sais-je encore… Les remèdes se sont parfois révélés pires que le mal.

Aux lendemains de chaque élection, c’est la gueule de bois et les jérémiades intempestives. A l’approche de la présidentielle de 2015, un appel du pied est encore lancé. Il émane du Parti de l’Union des Forces Républicaines(UFR), dont le candidat en 2010 n’était autre que le virevoltant Sidya Touré. Se basant sur les échecs antérieurs, Baidy Aribot, de l’AFAG et actuel député à l’assemblée nationale sous la bannière de l’UFR estime que l’opposition se ferait encore copieusement laminer si elle allait au scrutin en rangs dispersés et souhaite également que l’opposition fasse les Etats Généraux des partis politiques, il serait même prêt à renoncer à se présenter si une candidature unique se dégageait des partis politiques ou de la société civile.

L’opposition fonce-t-elle dans le mur ?

A l’étape actuelle, ce vœu est utopique car au moins deux candidats potentiels sont déjà pressentis du côté de l’opposition. Celles de Cellou Dalein Diallo de l’UFDG et de Sidya Touré de l’UFR. Pourtant avec la fraude minutieusement préparée par Alpha Condé et son RPG arc-en-ciel en ce qui concerne les élections nationales(communales,communautaires et présidentielles), seul un front commun peut permettre à l’opposition de ne pas faire piètre figure devant Alpha Condé. L’élection de 2015 est capitale pour le Chef de l’Etat.

Nul n’ignore cependant comment se passent les élections en Afrique. Les résultats sont connus à l’avance et les commissions électorales prétendument indépendantes ne publient que les chiffres voulus par le  » prince « . Aujourd’hui, plus que jamais l’opposition doit donc s’unir ou périr !

L’alternance restera une ligne d’horizon tant que cette unité demeurera factice. Si la déconfiture de l’opposition est réelle, il ne faut pas non plus l’accuser de tous les péchés d’Israël. Malgré la tentative de clarification de l’UFDG concernant cette patate chaude(candidature unique) et l’expression de certains partis de leur appartenance à l’opposition politique, il reste toujours des problèmes. Ici comme un peu partout en Afrique, le pouvoir est passé maître dans l’art de monter des opposants de toutes pièces qui en véritables mercenaires et aventuriers amusent la galerie pour se faire rétribuer en espèces sonnantes et trébuchantes leur cirque terminé !

Cette stratégie permet ainsi de stratifier l’opposition et de déboucher sur plusieurs tendances aux intérêts diamétralement divergents et aux objectifs contradictoires et variés. Il s’agit là des prototypes de l’égoïsme et de l’opportunisme politiques ou de réponse empressée à l’appel irrésistible du luxe et du lucre du pouvoir. La multiplicité des pseudo-partis politiques d’opposition est un bon paravent pour la fraude. Car ainsi, le parti au pouvoir dispose à tout moment de dizaines de  » partis-alibi  » monnayables et prêts à avaler des couleuvres pour torpiller toute velléité de changement. On comprend pourquoi en Guinée, un parti politique est plus facile à créer que n’importe quelle autre association. Lors de son déplacement au Ghana en 2009, Obama a martelé ceci : »vous qui vous accrochez au pouvoir par la corruption, la tromperie la réduction de la contestation au silence, sachez que vous êtes du mauvais côté de l’histoire. Mais nous tendrons la main si vous voulez desserrer votre poing ». Ça devrait faire réfléchir plus d’un !.
Une analyse de Macka Balde pour libreopinionguinee.com
0033601064916.

Comments

comments