Le point 2 de l’accord politique dirigé par le ministre Bourema Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation -MATD- suscite et continue de susciter des réactions de la plupart des leaders politiques et de la société civile.

Depuis la clôture de la session budgétaire où les députés de l’alliance des libéraux démocrates de l’UFDG ont boudé la salle pour protester contre l’introduction d’une nouvelle proposition de la majorité présidentielle, les débats enflent dans la cité et chacun y va de son propre commentaire.

Pour mettre un terme à cette polémique suscitée par des partis politiques et une frange non négligeable de la société civile, le ministre Bouréma Condé est allé droit sur ses bottes pour dire à qui veut l’entendre, qu’il n’y a pas d’élection dans les quartiers eu égard la Constitution, rapporte-t-il.

« Les quartiers, si quelqu’un vient du côté de la Constitution, il a tout faux. Parce que la Constitution ne reconnait pas les quartiers en Guinée. Elle reconnait deux niveaux de décentralisation et de communalisation dans notre pays. Ce sont les régions et les communes », fustige-t-il.

A cet effet, il a invité ceux qui protestent ce point de l’accord à aller vérifier dans la Constitution.

« Prenez la constitution, aller à l’article 109, lisez-le très bien, en Guinée, nous avons deux niveaux de décentralisation. Les régions que nous n’avons pas mises encore en place et qui vont être animées par les conseils régionaux et les communes qui sont de deux natures, les communes urbaines et rurales. Dans la Constitution, les quartiers ne sont pas reconnus comme des collectivités ».

Avec cette sortie du parrain du dialogue, l’on se demande bien qui aura le dernier mot dans cette brouille politique.

D’un côté comme de l’autre, les acteurs s’agitent et donnent des arguments mais comme en démocratie c’est la dictature de la majorité sur la minorité, il est fort à parier que les protestataires risquent de perdre la bataille.

Faya Millimono soutenue par des députés et une partie de la civile et Baidy Aribot qui menance de manifester si c’est le cas, ont du pain sur la planche. Car, le RPG arc en ciel et l’UFDG, les deux groupes majoritaires au Parlement tiennent à l’application stricte de ce point de l’accord qui divise.

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here