Banlieue de Conakry : et si la mort du gendarme en cachait une autre ?

Hier, les autorités de la sécurité ont annoncé la mort de l’adjudant chef Nfamara Chérif Yansane en service à l’escadron de la gendarmerie mobile numéro 5 de Wanindara. Selon leurs informations, l’agent aurait été tué, à la suite des jets de caillou qu’il aurait reçu sur la tête.

Quelques instants après, les mêmes autorités sont revenues dire encore que le gendarme défunt s’appellerait plutôt adjudant chef Mohamed Chérif Soumah.

Curieusement, une famille Yansane et plusieurs amis de promotion du défunt ont posté sur leur compte Facebook la mort d’un certain adjudant chef Nfamara Chérif Yansane en poste à l’escadron de la gendarmerie mobile numéro 5 de Wanindara.

Fatoumata Yansane a d’ailleurs écrit ceci sur sa page : « ils ont tué mon frère en tirant sur lui sans me demander. Mon frère m’a quitté pour de bon. Il vient juste d’être gradué », a-t-elle annoncé.

Selon d’autres amis du défunt, la mort aurait frappé à leur collègue, suite au mouvement de grève sur l’axe Coza- Bambeto. D’autres vont jusqu’à poster que le drame aurait eu lieu à Bambeto.

Dans les témoignages, les uns rapportent qu’il aurait fait un bon temps à Labe, d’autres soutiennent qu’ils ne rataient jamais ses prières. D’autres enfin soutiennent qu’il était très gentil.

Une autre internaute s’exclame. « Ehhh la Guinee, je suis sans mot, vous l’avez tué pour rien. Il n’est pas le président aujourd’hui, ni demain. Le mari de ma copine, mais le Guinéen est méchant », dit-elle.

Sur le compte Facebook du gendarme Nfamara Yansane, plusieurs amis ou connaissances ont fait des publications pour lui rendre hommage.

Question donc : pourquoi les autorités sont-elles silencieuses autour de cette mort ?

Avec Guineenews

3K Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here