Arrestation d’Alpha Condé en 1998 : Sidya Touré fait des révélations

21

C’était vraiment le grand déballage. Cette première sortie du président de l’UFR, depuis la proclamation des résultats du 11 octobre, va laisser des traces. Sidya Touré n’a esquivé aucun sujet. Il a fait des révélations qui pourront avoir leurs conséquences dans les jours à venir.

Sur l’arrestation d’Alpha Condé en 1998, l’ancien premier ministre de Conte à cette époque apporte sa part de vérité.

Lisez l’extrait :

« En 1998 quand on a arrêté Alpha Condé, le Président Conté a demandé qu’on envoie le dossier au niveau du Premier Ministre. Il y a eu beaucoup de gens que je ne vais pas citer ici, mais qui se reconnaitront.

A l’époque, le Ministre de la justice est venu me voir avec le dossier. Quand je lui ai d’amandé, c’est quel dossier ? Ils m’ont dit qu’il s’agissait de l’arrestation d’Alpha Condé à Piné. J’ai dit Piné c’est où ? Ils m’ont dit que c’est en région forestière à la frontière. Et Pourquoi ? Que parce qu’il tentait de sortir du pays. J’ai demandé qu’il est où ? Ils m’ont dit qu’il est à Koundara. J’ai demandé comment se fait qu’on me dise qu’il est Conakry et après on me dit encore qu’il est à Koundara. Ils m’ont dit que c’est un camp à Conakry.

Ils m’ont dit que le président voulait que je donne une directive au dossier. J’ai dit que le président a signé un décret d’interdiction de sortie du territoire. Et lorsqu’un citoyen tante de traverser, on le fait retourner, est on le libère. Donc, que je ne discuterai pas du dossier et que j’irai voir le Président moi même.

Je suis aller voir le Président pour lui dire que ce n’est pas un bon dossier pour nous. Le Président m’a dit qu’il y a autres choses et que moi je ne comprends pas ? Je lui ai dit que je le d’amende d’abandonner ce dossier pour deux raisons : « premièrement la loi n’est pas avec nous. Deuxièmement, nous sommes en 1998, pendant ton deuxième mandat on ne parlera que de ça. Le monde fonctionne comme ça ». Entre nous deux j’avais réussi à le convaincre. Mais, il a demandé d’envoyer le dossier en conseil des ministres.

Arrivé au conseil des ministres, sur la question, j’étais à sa droite et il a demandé à ce que les ministres donnent leurs avis sur le dossier à commencer par sa gauche. Il a dit que le Premier ministre ne veut pas qu’on n’emprisonne Alpha Condé. Alors, ils (des ministres) ont commencé à dire, il faut l’enfermer, il faut le mètre en prison, il faut l’envoyer dans telle ou telle prison… Saran Daraba peut témoigner. Arrivé à mon niveau, j’ai dit au président, je maintiens ma position de départ. Un, la loi n’est pas de notre coté, et 2 sur le plan de la communication, c’est pas bon pour nous.

Le Président a dit : « Sidya toi tu es comme ça ! »

Voici une des questions qui m’ont opposé au Président Conté.

Ceux qui étaient dans cette sale et voulaient coute que coute qu’on mette Alpha en prison, ce sont ceux là que tu vois aujourd’hui là-bas comme s’il avait toujours été là pour le défendre.

avec rivieredusud

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici