Après son retour au bercail, Tibou Kamara pressenti super ministre de Condé

0

Après le retour en fanfare de Diallo Sadakaadji, suivi du train-train Conakry-Brazzaville-Paris, et les retentissants apartés avec Bah Oury, voilà qu’arrivele tour sur tapis rouge du self-made man Tibou Kamara. Un événement national qui démontre qu’Alpha Condé est décisif dans son coup. Et que sa main-tendue, loin de s’apparenter à un jeu de passepasse politique, appelle à faire oublier les rancœurs pour bâtir à l’unisson un second quinquennat plein de promesses. La Guinée reste engloutie dans un manque à gagner qui a fini par se ramifier jusqu’à son tréfonds le plus enfoui. C’est le phénomène de la réconciliation nationale.

Même si certains analystes s’accordent à le nier, le peuple de Guinée qui a bien voulu prendre en main sa destinée le 28 septembre 1958, a plus que jamais besoin de se réconcilier avec lui-même. Puisque les différents régimes qui se sont succédé ont chacun des acquis, mais aussi des faiblesses, dont des arrestations et tueries gratuites de milliers de personnes à travers le pays.
De l’agression portugaise du 22 novembre 1970 à l’attaque du domicile privé du président Alpha Condé le 19 juillet 2011, via l’affaire 4 juillet 1985 connue sous l’appellation de coup Diarra, la Guinée a pleuré plusieurs de ses élites civilo-militaires.

Alpha Condé en voie de passer à la grâce ?

Dans l’attentat perpétré contre le domicile privé du chef de l’Etat à Kipé, plusieurs personnes ont été accusées prétendument d’appartenir à ce réseau qui voulait porter atteinte à la vie d’Alpha Condé. Certaines, mises aux arrêts sont condamnées. D’autres sont en détention provisoire en attendant leur jugement qui se fait attendre depuis la survenue de l’incident en 2011. Par contre, le Vice-président de l’Ufdg, Bah Oury est condamné par contumace. Sommé désormais de vivre en exil, l’ex-ministre de la Réconciliation nationale sous le général Lansana Conté, ne se lassera guère d’apporter son grain de sel quant à l’émergence de la formation politique qui a germé dans ses mains. Ce, jusqu’au lendemain de la deuxième défaite d’affilée de Cellou Dalein Diallo face à Alpha Condé.

Et Tibou Kamara fit son comeback !

Après plus de quatre années passées en exil, l’ancien ministre d’Etat, ministre secrétaire général à la Présidence sous la transition version Sékouba Konaté a renoué avec les siens dimanche 13 décembre à Conakry. Un retour rendu possible grâce à la volonté exprimée par le chef de l’Etat, d’accorder la liberté à tous les exilés politiques. Peu avant ce comeback, cet ancien président du Conseil national de la Communication (Cnc), puis ministre de la Communication sous le général Lansana Conté avait déclaré sur les ondes d’une radio locale qu’il n’existe plus aucun obstacle à son retour en Guinée. «Je note avec satisfaction qu’il n’y a pratiquement plus d’obstacles à ce retour dans notre pays. Je dis que chaque guinéen a sa place en Guinée et a le droit d’y vivre. Ce n’est pas un droit négociable, ni une liberté qu’on peut concéder», indiquait-il au micro de nos confrères de Lynx FM, sans pour autant indiquer la date exacte de ce retour. «Quand Dieu le voudra, je serai parmi vous. Ce qui est sûr, à ce stade, il n’y a pratiquement plus aucun obstacle à ce retour dans le pays de mes ancêtres».

Tibou Kamara pressenti super ministre de Condé

Dans son 485e numéro paru lundi 30 novembre, votre semainier Le Populaire pronostiquait sur une possible entrée d’opposants au sein du futur gouvernement. Le cours de l’histoire est en passe de nous donner raison. Parce que nos oreilles prolongées jusqu’au palais Sèkhoutouréya ont ouï l’ameublement de certains portefeuilles ministériels par des opposants. Ce qui ne serait pas un crime commis par Alpha Condé qui manifeste déjà une main tendue jusque dans le camp des exilés.

A cette allure des choses, rien n’est moins sûr qu’il ne puisse y choisir des personnes avec lesquelles collaborer durant son second quinquennat. Avec ce retour intervenu à la veille de l’investiture de celui qu’il a soutenu et accompagné alors pauvre opposant, l’on est encore tenté de pronostiquer que c’est une nouvelle page qui va s’ouvrir entre l’ancien ministre d’Etat témoin privilégié de la tumultueuse Transition et le Président Condé.
Puisque que le commun des mortels le sait : entre Tibou Kamara et Alpha Condé, c’est une longue histoire. Les deux hommes se sont connus sur les rives de la lagune Ebrié en Côte d’Ivoire.
De retour en Guinée, l’un prête ses services au journal L’Indépendant, avant de fonder l’hebdomadaire L’Observateur, pendant que le second s’illustre comme le plus virulent des opposants à feu le général Lansana Conté.

Néanmoins, il est à parier que la cohabitation entre anciens membres des gouvernements Conté repêchés par Condé s’annonce rude, non sans entrevoir des crocs-en-jambes comme ce que Conakry a vécu la semaine écoulée quand l’opposant Sidya Touré à lancé ses piques à l’endroit de certains de ses adversaires quand il a annoncé sa décision de ne plus appartenir à la mouvance de l’opposition au régime Condé. Cellou Dalein Diallo, Chantal Cole en ont eu pour leurs comptes, mais n’ont pas encore apporté de contre attaques.Contrairement à Tibou qui a fait savoir à Sidya de quel bois il s’échauffe quand on le dérange dans son silence.

Le Populaire

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici