Depuis le remous dans les universités privées au mois d’octobre, les relations se dégradent entre elles et le gouvernement guinéen. Le président Alpha Condé a lancé des flèches contre les patrons de l’enseignement privé. C’était à l’occasion du lancement du programme d’information des établissements scolaires et universitaires de Conakry.

A cet effet, le locataire de Sékhoutoureya dira que ces établissements privés « ne forment que des chômeurs ; parce qu’elles n’ont pas des bons enseignants. Nous ne sommes pas contre l’enseignement privé. Mais on doit privilégier l’enseignement public. (…) On ne doit pas gaspiller l’argent de l’Etat à financer des universités« .

Le Chef de l’Etat guinéen accuse les gestionnaires des institutions privées d’enseignement privé de gonfler l’effectif des étudiants orientés.  Pour cela, il promet de nous plus accepter.

ALpha Condé est allé même loin en minimisant le rôle des détenteurs des universités privées. « Si les universités privées veulent faire des grèves, elles n’ont qu’à faire des grèves, s’elles veulent descendre dans la rue, elles n’ont qu’à descende dans la rue. Ça me fait ni chaud, ni froid », rouspète-t-il, visiblement très déchu après avoir reçu le rapport de la Commission de réflexion sur l’éducation.

Faut-il noter qu’au mois d’octobre dernier, les universités et instituts privés avaient refusé de reprendre les cours prétextant que le gouvernement n’avait pas payé les bourses des étudiants orientés par l’Etat dans ces dites institutions.

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here