De plus en plus, les populations guinéennes se montrent réticentes aux « dictatures » du pouvoir et des leaders politiques. À Siguiri, Boké centre et aujourd’hui à Bâté Nafadji, les administrés ont refusé qu’il leur soient imposés des « élus » qui ne soient pas de leurs goûts, notamment dans les rangs du RPG, le parti au pouvoir qui a souvent parachuté des « élus » pas très populaires dans leurs localités.

Ce jeudi 22 octobre 2015, le préfet de Kankan, Aziz Diop, s’est rendu dans la commune rurale de Bâté Nafadji, en compagnie du sous-préfet, Aboubacar Keita, pour mettre en pratique l’arrêté ministériel 4631 du 1er octobre 2015 recomposition des 128 délégations spéciales.

À Bâté Nafadji, il fallait installer madame Fatoumata Mady Diané comme présidente de la délégation spéciale, à la place de monsieur N’Faly Moba Kaba. Mais, ce dernier avait apparement mobilisé plusieurs de ses supporters pour l’aider à garder son poste. Et, il a réussi. Du moins pour l’instant…

À « l’assaut » des jeunes protestataires, préfet, sous-préfet et accompagnateurs se bousculeront sur la sortie pour échapper aux coups des jeunes devenus vite très furieux. Les autorités locales parviendront, de justesse, à se sauver, laissant monsieur N’Faly Moba Kaba droit dans ses bottes de président de la Commune rurale de Bâté Nafadji.

Comme on le sait, ces derniers temps, quand il y a des cris contre des administrateurs locaux, ils négocient vite une sortie et se sauvent. Surtout qu’il y a trop d’appétits politiques dans la région de Kankan où chacun des prétendants à la succession du président Alpha Condé commence à placer ses hommes et à empêcher ceux de ses adversaires de brouter sur ses terres…

Source Guineematin

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here