Photo Ufdg
Ufdg congrès Ratoma 2
Photo Ufdg
Ufdg congrès Ratoma 2

Le Parti de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG ), principal parti d’opposition de la Guinée, est en proie à des tensions internes. Dimanche 5 juillet 2015, s’est tenu le congrès de la fédération de Ratoma 2,sous fond des tensions et de l’ingérence de son président Cellou Dalein Diallo. Ce dernier et ses proches collaborateurs (Bano Sow) se seraient ingérer pour imposer Madame Wann Mariama Ciré Barry au détriment de Monsieur Elhadj Hady Diallo, grand favori, à la tête de la dite fédération.

Cellou Dalein aurait intimé à Elhadj Hady de renoncer sa candidature et accepter le maintien de Mme Wann comme Secrétaire générale et de la seconder au poste du Secrétaire administratif contre le gré des sections et des sous sections.

Le congrès qui était prévu à 10h a commencé à 12h causé par un manque des matériels et une mauvaise organisation. À la place d’un vote à bulletins secrets, il a été procédé par un vote à mains levées , violant les textes du parti. Au niveau du Grand Bureau, c’est Mme Wann qui a été imposé ,au bureau des femmes (Mme Soumah Salematou ) et au bureau des jeunes (Amadou Oury Bah Intello).
Sur les neuf (9) postes composants le grand Bureau, seulement sept (7) ont été élu.
Actuellement, le parti est géré d’une manière empirique. A l’UFDG tout le monde chante et danse au rythme de la recherche de l’impérium chèrement défendu par le Président du parti.
Les autorités des organes statutaires assistent impuissantes à la violation répétée des statuts du parti. Le dysfonctionnement et l’inefficacité de l’équipe de la Présidence du parti actuelle, occasionnés par des remaniements inopportuns, intempestifs; constituées sans consultations; l’absence d’unité et de cohésion réelle due à l’existence des sensibilités politiques au sein du parti, la résurgence d’une culture de la violence et de l’intolérance; le manque de communication entre le sommet du parti et la base tant de l’intérieur du pays que de l’extérieur; le manque du professionnalisme et de l’expérience du personnel politique; les violations systématiques des textes du parti; l’ingérence des membres des organes nationaux sur la gestion des organes de la base… sont autant des maux qui rongent le bon fonctionnement du parti et l’empêchent d’atteindre son tout premier objectif à savoir; la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir.
Aucun politicien sérieux ne peut demander des sacrifices aux militants et sympathisants de l’UFDG pour rien, pour du vide, pour des revendications insignifiantes qui consistent à les faire courir sur le pont d’un bateau dans une course illusoire qui n’est, en réalité, qu’un exercice insensé de surplace, un piège inutilement mortel.

Le temps est enfin venu de faire les bons choix. L’humanité, à travers sa longue histoire, a grandi à partir de la critique de ses erreurs. Que l’Union des Forces Démocratiques de Guinée ne soit pas capables de se servir de leurs erreurs passées pour en faire une rampe de lancement pour un nouvel envol, serait une tragédie de plus qui mènera notre peuple à la résignation ou au désespoir, lequel désespoir conduit à la violence et à la lutte armée.
La répétition des mêmes erreurs stratégiques face à l’ennemi relève, non pas seulement de la faute, mais aussi de la trahison.
La question fondamentale est la suivante : que voulons-nous exactement ? La bonne réponse conduira à la bonne stratégie, celle qui nous interdit de réitérer les mêmes fautes et de lâcher la proie pour l’ombre.
Nous ne pouvons pas dénoncer le caractère dictatorial du régime en place et accepter de tels agissements au sein d’un parti qui se veut démocratique…

Catégorie libre opinion
Tob Balde

 

 

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here