Albert Damantang Camara prévient : « lorsque vous êtes en grève, vous n’êtes pas obligé de travailler et l’Etat n’est pas non plus obligé de vous payer, sinon »

Dans un communiqué publié dimanche 18 février 2018 sur les antennes des médias d’Etat, le gouvernement guinéen avait annoncé la suspension des salaires de tous les enseignants grévistes à partir de ce mois de février. Cette décision a mis l’huile sur le feu et  a radicalisé les positions dans la grève qui paralyse le secteur de l’éducation depuis plusieurs jours.

Pour beaucoup d’enseignants avec qui nous avons échangé, ce communiqué n’est rien d’autre q’un moyen d’intimidation du gouvernement pour amener les enseignants à reprendre le chemin de l’école. Mais pour le porte-parole du gouvernement qui intervenait sur la radio Chérie FM, ce communiqué est loin d’une menace.

«Ce communiqué n’est pas une menace, mais un rappel de la loi, les syndicalistes le savent, lorsque vous êtes en grève, la première conséquence de la grève c’est la suspension du contrat de travail, vous n’êtes pas obligé de travailler et l’Etat n’est pas non plus obligé de vous payer, sinon cela met en danger toutes les entreprises, donc ça c’est une conséquence  d’une grève illicite. Ce communiqué donc était un rappel parce que ce dont on se rend compte avec cette situation, c’est que certaines personnes qui dirigent ce mouvement de grève ne connaissent pas forcement ni le code du travail, ni les droits syndicaux et les droits de grève, donc il est important de le savoir pour que les gens ne soient pas surpris à la fin de ce mois.» prévient Albert Damantang Camara.

Il reste donc à savoir si le gouvernement va mettre à exécution cette décision qui risque d’aggraver une situation déjà compliquée.

Attendons de voir, car la fin du mois approche à grand pas!!!

Ledevoir

185 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here