Voiture de police incendiée : le policier agressé ému aux larmes lors de sa décoration par Bernard Cazeneuve

Les images de son sang-froid face aux casseurs qui ont incendié son véhicule ont fait le tour du web. Kevin Philippy a vu son courage être salué par le gouvernement.

a

Kevin Philippy, le policier attaqué par des casseurs, décoré par Bernard Cazeneuve.
Crédit : Ministère de l’Intérieur

Des applaudissements et des remerciements. L’ambiance était à l’émotion, samedi 21 mai place Beauvau, bien loin des scènes de violences de mercredi dans les rues de Paris. À cette occasion, Bernard Cazeneuve a remis la médaille d’or de la sécurité intérieure à Kevin Philippy, le courageux adjoint de sécurité de 29 ans qui conduisait la voiture incendiée à Paris par des casseurs en marge d’une manifestation contre la loi Travail.

Le policier, félicité par de nombreux internautes pour le calme dont il a fait preuve alors qu’il était frappé par un individu, n’a pu retenir ses larmes au moment où le ministre a épinglé sa récompense à sa veste. Ce dernier a indiqué que Kevin Philippy va être « intégré comme gardien de la paix dans la police nationale ». Son contrat d’adjoint de sécurité arrivait pourtant à son terme et il avait raté son concours pour devenir gardien de la paix. Mais Bernard Cazeneuve a requis cette promotion en vertu d’un article de loi pour « acte de bravoure dûment constaté dans l’exercice des fonctions ».

Un hommage à ses collègues victimes de violences policières

Le ministre de l’Intérieur, en présence de François Hollande, a également décoré Alison Barthélémy, la policière qui était avec Kevin Philippy dans la voiture incendiée, et trois autres membres des forces de l’ordre. « On retiendra une image : celle d’un policier sortant du véhicule avec un seul et unique objectif, celui de protéger sa collègue », a déclaré Bernard Cazeneuve.

L’épouse de Kevin Philippy a assuré que toute sa famille était fière de sa réaction face à l’agression. Interrogé par France 2 à l’issue de la cérémonie, le néo-gardien de la paix a eu quelques mots pour les autres policiers pris pour cible ces dernières semaines : « Il y a d’autres collègues qui sont sur le terrain et qui prennent plus cher que moi. C’est eux les héros et pas moi ».

RFI

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here