UFDG-UFR: Pourquoi Sidya Toure ne pardonnera jamais à Cellou Dalein ?

0
116
Cellou Dalein et Sidya Touré
Cellou Dalein et Sidya Touré
Partager

Entre Sidya Toure et Cellou Dalein, le divorce ne date pas d’aujourd’hui. Cela date de plusieurs mois voire plusieurs années.

Tout avait commencé en 2013 quand le débat sur une éventuelle candidature unique de l’opposition avait été soulevé par un proche de Sidya Toure. Cette campagne avait été lancé pour faire de Sidya Toure le candidat unique de l’opposition.

Le hic dans tout ça, est que les soutiens de Sidya qui entretenaient cette campagne estimaient que celui-ci serait l’homme idéal qu’il fallait à l’opposition  pour  battre Alpha Condé au détriment du chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo.

Dans ce débat très houleux, le camp de Dalein avait toujours estimé que la base de l’électorat de leur candidat était très solide vu les résultats de l’élection présidentielle de 2010. Arrivé premier dès le premier tour avec 44% des voix valablement exprimées et arrivé deuxième avec 37 députés à l’assemblée nationale lors de l’élection législative de 2013.

Pour les soutiens de Cellou Dalein, s’il y a une  candidature unique, ça sera bel et bien Cellou Dalein qui sera le candidat de l’opposition.
vu la tournure des événements, l’UFR s’est vue affaiblie dans cette campagne. Les chances de Sidya étaient très minces face à Dalein.
Le débat sur le choix d’une candidature unique n’a jamais été ouvert au sein de l’opposition républicaine, mais chacun d’entre eux avait compris qu’il fallait que chaque candidat aille avec ses couleurs.
Depuis lors, Sidya Toure et L’UFR avaient compris qu’il fallait partir à l’élection présidentielle sur leur couleurs tout en sachant que les conditions d’une élection libre et transparente n’étaient pas réunies.

Il fallait tout faire pour couler l’ufdg et l’opposition et ensuite partir avec la mouvance puisqu’il n’ont rien à perdre dans tout ça.
La défaite était prévisible avec les accords du 20 Août qui n’avaient jamais été respecté par le pouvoir en place. Alors que l’opposition exigeait un certain nombre des choses pour la crédibilité du scrutin.

L’ufr a été le premier parti de l’opposition à entamer sa tournée en forêt. Cela avait précipité les autres partis qui étaient coincés à conakry pour lancer eux aussi leur campagne.
L’UFDG était animée entre boycotter l’élection ou partir à l’élection. Finalement, le parti avait décidé de participer à la campagne.
À la veille de l’élection, plusieurs partis avaient décidé de boycotter le scrutin puisqu’aucune condition de transparence n’était réunie .
Contacté une fois encore par ses paires de l’opposition, l’ufr de Sidya Toure s’était dit prête à participer à  l’élection le dimanche 11 octobre 2015, quitte aux nombreux disfonctionnements constatés çà et là pouvant entacher la crédibilité du scrutin. Le parti de Sidya Toure avait estimé avoir déjà beaucoup dépenser  et de ce point de vue, rien ne pouvait leur empêcher d’aller aux élections.
C’est ainsi que l’ufdg, le BL et les autres partis ont décidé à la veille d’y aller à l’élection malgré du fait qu’ils étaient persuadés qu’aucune condition de transparence n’était établie.

La crise qui mine l’opposition républicaine aujourd’hui, le départ de l’ufr de l’opposition pour la mouvance se régime à ce refus de l’ufdg  d’accepter la candidature unique de l’opposition qui serait présidé par Sidya Toure.
Toute cette déchirure se régime par un jeu d’intérêt personnel.

Juste après l’élection présidentielle alors que la cour constitutionnelle n’avait même pas validé le scrutin du 11 octobre, Sidya et Baidy avaient fait un saut du côté du palais Sekhoutoureya avec Alpha Condé pour l’aider à faire avaler au peuple de Guinée la pilule du coup KO.

Par LIBREOPINIONGUINEE.COM

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire