Trafic de faux billets : le ministre de la Sécurité s’en mêle et donne un ultimatum aux officiers de la police

Me Abdoul Kabélé Camara, ministre de la sécurité
Me Abdoul Kabélé Camara, ministre de la sécurité

Ce dossier de trafic de faux billets que nous avons révélé dans nos précédents articles de presse, fait couler beaucoup d’encre et de salive au sein de la police nationale. Une réunion d’urgence s’est tenue ce weekend pour tirer au clair la situation qu’il en est dans ce dossier, nous apprend-on d’une source sûre.

Saisi de la situation le ministre de la sécurité Abdoul Kabèlè Camara aurait donné des instructions fermes pour rechercher les présumés trafiquants des sommes en CFA et de franc guinéens en faux billets de banque, indiquent nos informateurs qui soutiennent par la suite que le ministre de la Sécurité a exigé à ce que le mis en cause déjà libéré par les services du commissariat central de Matoto soient immédiatement retrouvés, à défaut de quoi les officiers impliqués seront tous interpellés et gardés à la Maison centrale. Cet ultimatum court jusqu’à ce mardi 03 mars 2018.
Pour sa part, l’ancien ministre de la Fonction publique a apporté un démenti formel sur un quelconque lien de parenté avec celui qui se fait passer pour son fils.
Sékou Kourouma dit avoir porté plainte contre X pour avoir tenté de nuire à sa réputation. Car pour lui, aucun de ses fils ne serait impliqué de près ou de loin dans cette affaire.
Une information qui a été aussi débattue lors de la réunion d’urgence de la police tenue ce weekend. Les officiers réunis disent être confus et ne peut comprendre que quelqu’un pourrait se faire passer pour le fils d’un ministre et venir défendre cette thèse devant des officiers aussi expérimentés.
La même source nous informe que le présumés trafiquants des faux billets, se trouvant en cavale, auraient même quitté le pays.
Dans un entretien téléphonique avec notre rédaction , l’ancien ministre de la Fonction publique a laissé entendre que c’est un complot monté de toutes pièces contre sa personne. Il poursuit en disant que les complices seraient même au sein de la police. « Moi, j’ai deux garçons, très bien éduqués, qui ne se livreront jamais à cet acte », recadre-t-il.

Nous y reviendrons

Source Fatala-info

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here