«Tous les mouvements des militaires en Guinée sont parrainés par des Civiles» (Le Soldat Issa Sow)

«Je ne peux pas comprendre que, les gens qui ont fait le coup d’Etat en 1996, ils ont tué les gens au quartier Coronthie, détruit le palais des Nations, et ils ont fait beaucoup de mal dans le pays parce qu’ils voulaient le pouvoir. Parmi eux, il y avait un certain colonel Diarra. Il est nommé par le ministre de la défense comme chef de bataillon. Celui qui a fait crime contre l’humanité, c’est de l’injustice, il est le seul à être réintégré dans l’armée», déplore le soldat Issa Sow.

a

Pour lui, tous les éléments impliqués dans le coup d’Etat 96 ont été condamnés à des peines allant de 10 à 15 ans de prison avant d’être radiés dans l’effectif de l’armée guinéenne. Il s’agit notamment du commandant Yaya Sow, le commandant Gbago Zoumaningui le Capitaine Mamadou Diallo Wanwaran etc ».

Et de s’interroger : « Pourquoi c’est seul le colonel Diarra qui a été reconnu coupable de tentative d’assassinant du chef de l’Etat et condamné à 10 ans de prison, est le seul à être réintégré dans l’armée et occupe le poste de commandant de BATA (Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées).»

Il suggère : «On doit alors chercher à savoir qui était derrière le coup d’Etat en 1996. Si on voit un des mutins radié occupé un des poste aussi stratégique de l’armée guinéenne».

«Tous les mouvements des militaires en Guinée sont parrainés par des Civiles, des politiciens véreux, qui n’aiment pas la stabilité du pays. Et leurs seules ambitions, c’est la conquête du pouvoir», affirme le soldat Issa.

« L’armée guinéenne est divisée par l’ethnocentrisme. Si tu vois qu’il y a des indisciplines dans l’armée guinéenne c’est par qu’il y a trop d’injustice. On peut envoyer un militaire qui ne sait ni lire ni écrire à faire le BIA (Brevet Interarmes) par ce que ce sont parent. On laisse les gens qui méritent de faire ses cours. Par ce qu’il faut avoir une tête bien assises pour faire ce cours ». déplore le Soldat Issa.

«C’est dans l’armée guinéenne qu’un militaire peut attacher son prochain jusqu’à ce que la mort s’en suive. Pas de droit de l’homme, rien », fustige le soldat.

Le Colonel Diarra militait-il pour Alpha Condé lors des évènements des 2 et 3 février 96 ?

« Mais la tentative de déstabilisation entreprise par des mutins ayant échoué, leurs complices civils ont commencé à faire circuler les tracts au nom de l’armée dans le but de traumatiser la population, décourager les opérateurs économiques nationaux et étrangers et porter atteinte à l’image de marque de la Guinée auprès des pays amis et des organismes internationaux. Ce sont les mêmes individus qui, quelques jours avant les événements, avaient tenu des réunions dans certaines capitales européennes, invitant les cadres guinéens à se préparer à rentrer au pays pour y assumer de hautes fonctions. D’autres, de l’intérieur de la Guinée, se préparaient également à rentrer triomphalement à Conakry pour occuper des postes de ministres», avait affirmé le général Lansana Conté lors de son adresse à la nation après l’échec du coup d’Etat 96

Libreopinionguinee avec Dépêche guinee

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here