Tibou Kamara : Il reviendra au président de la République d’apprécier les propos de Bangaly Kourouma

0
3832
Tibou kamara
Partager

L’ancien ministre secrétaire général de la présidence de la République, Tibou Kamara était l’invité de nos confrères d’espace fm, ce lundi 28 novembre.

À l’entame de l’émission Tibou Kamara est revenu sur les accords du 12 octobre, sur les propos de Bangaly Kourouma directeur général de la police à n’zérékoré.

Liberté d’expression

 » Il faut se féliciter des acquis la presse.
La presse est beaucoup plus critique que l’opposition. La presse est dans sa vocation de critiquer des Institutions comme le président de la République.
Pour que la presse puisse être libre elle doit s’exercer avec plus de professionnalisme.
Je ne crois pas qu’il y a une plainte contre quelqu’un ». Reconnaît-il et d’ajouter, les journalistes ont vocation à révéler ce que le pouvoir public cache, cela a été toujours comme ça entre la presse et le pouvoir;
Le Président doit être le garant de la liberté de la presse mais il doit aussi être respecté en tant que premier responsable du pays est garant de nos Institutions. Clarifie Tibou.

Pour le cas du DG de la police, Tibou explique,  » un directeur général de la police ne doit pas animer un meeting ce ne pas son rôle.
C’est une polémique inutile car ça vient à un moment où le climat politique est apaisé.
C’est une faute professionnelle de tenir de tels propos.
Il reviendra au Président de la République d’apprécier les propos de Bangaly Kourouma » souligne-t-il avant d’expliquer sa position sur les accords du 12 octobre 2016
 » je suis très surpris des commentaires nombreux qui ne reflètent pas sur l’essentiel de l’accord. Cet accord est une avancée politique majeure.
Le fichier qui est la source de l’organisation de l’élection doit être clarifié. Aucun n’accord ne pourra faire l’unanimité, je n’ai jamais vu un accord accepté par tous, que ça soit ici où à travers le monde » conclut Tibou Kamara.

Macka Balde

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire