SOS pour Moussa Batchily journaliste, gravement malade

0
457
Moussa Batchily AGP
Partager

SOS pour Moussa Batchily journaliste, gravement malade

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce Mois Saint de Ramadan, nous demandons vos bénédictions pour la santé d’un Doyen de la presse guinéenne. Je veux parler de Moussa Batchily, Journaliste, correspondant régional de l’agence guinéenne de presse(AGP) à Boke. Cet homme de presse et en même temps Inspecteur Régionale des Arts et de la Culture de Boke est amputé du pieds droit au centre de Diabetologie du CHU Donka transféré provisoirement au Camp Camayenne (Camp Boiro). Voyant l’état de notre confrère ce jeudi 30 juin 2016, je vous dirai sans risque de me tromper que notre confrère mérite une évacuation urgente pour suivre ses soins à l’étranger. Alors il est temps que l’État guinéen réagisse le plus vite que possible pour aider ce géant du micro et de la Culture guinéenne. Car Moussa Moise Batchily est au service de la Guinée à travers les médias depuis 1983 donc 33 ans de lutte pour sa nation et particulièrement pour la promotion du Kakande de Boke. Encore une fois, les autorités guinéennes (Mr. le Président de la République, Mr le Ministre de la Communication, Mr. le Ministre de la Culture, Mr. le DG de la RTG, le DG de l’AGP, le DN de la Culture), hauts cadres et ressortissants de Boke pour l’amour de la partie faites quelques choses pour évacuer ce Journaliste émérite. Je sais que le Doyen Batchily n’a pas demandé un SOS, mais encore une fois laissez moi vous dire que j’ai trouver ce grand homme ce jeudi soir à l’hôpital dans un état peu reluisant. Et selon nos sources, depuis que le Doyen est admis à l’hôpital le 20 Juin 2016, seulement quelques autorités régionales se sont rendus pour l’instant au chevet de notre confrère Moussa Moise Batchily. Alors nous (Hommes de médias) par confraternité demandent un SOS pour sauver la vie de cet autre Baobab de la presse guinéenne. Il est joignable au : (00224) 623 232 673.

Sidi Diallo journaliste à nostalgie Guinée. syndicat de la presse privée.

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire