Silence, les députés guinéens veulent aussi sucer le pays…!

0
4222
Partager

Au pays de paradoxes, les coupables deviennent des dieux. La Guinée ayant obtenue son indépendance depuis 1958, ce petit pays de l’Afrique de l’Ouest, malgré toutes ses richesses reste le plus pauvre de la planète. Dans ce pays, malgré que les clignotants soient au rouge, des individus sans foi ni loi se donnent le malin plaisir de s’adjuger de tous les privilèges.

Tenez ! Après la présidence de la république, après le chef de file de l’opposition, la presse, les religieux, la société civile…, voilà nos dépités (députés) aussi qui rentrent dans la danse. Incapables de voter la moindre loi allant dans le sens de l’intérêt supérieur de la nation depuis 2013, les voilà enfin qui se mettent d’accord en s’octroyant des avantages colossaux dans la nouvelle proposition de loi portant règlement intérieur de l’assemblée nationale.

Dans le document portant règlement intérieur de l’assemblée nationale, il est stipulé dans l’article 75 relatif aux indemnités des députés, que « les indemnités de représentation du Président de l’Assemblée nationale sont fixées par référence aux frais de représentation du Chef de l’Etat ». Et celles des « membres du bureau de l’Assemblée nationale sont fixées par référence aux frais de représentations des membres du gouvernement. Ils bénéficient des mêmes avantages en nature que les ministres ».
Et pour avoir fière allure, l’article 74 précise que les 114 députés ont droit chacun à « une garde rapprochée » et auront « à leur disposition un hôtel dédié à leur fonction : l’hôtel des députés ».
Naturellement, chacun des quinze membres du bureau de l’assemblée a droit à deux véhicules et les autres députés un véhicule, chacun, dès leur installation (article 74, alinéa 8).
Tout cela vient s’ajouter aux avantages classiques connus pour chaque député: passeport diplomatique, indemnité mensuelle, indemnité par jour de session, les indemnités de logement, les frais d’installation, les frais de transport, la prise en charge médicale, les frais funéraires, etc..

Comment comprendre que des gens qui ont été mandatés par le peuple œuvrent corps et âme pour mettre le pays à sac à travers son lot de corruption, détournements, pillage, gabegie financière …? Non, sérieux, de qui se moque-t-on ? De ce peuple qui souffre dans sa chair à cause de la pauvreté criarde et le manque de moyens qui résulte de la crise qui mine la Guinée depuis belle lurette ? De ce peuple qui se sent exclu de la redistribution des richesses alors qu’il devrait être au centre des préoccupations ?
Où est l’intérêt du peuple guinéen dans tout cela ?

Nulle part ! Terrassé par la misère et l’ignorance ambiante, le peuple n’y comprend pas grand chose. Les acteurs politiques, toutes tendances confondues, ne travaillent que pour leur positionnement. Mais il faut savoir que toute dictature, quelle que soit sa férocité, ne doit son existence que grâce au peuple opprimé.

L’accumulation des souffrances d’un peuple sera, le moment venu, le catalyseur d’une réaction populaire au cours de laquelle le peuple bravera les canons et les képis, les matraques et les bruits des bottes.

Tob Baldé 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire