Révélations: plusieurs milliards détournés à la Cour constitutionnelle

0
104
COUR GUINEE
Partager

« Apparemment, les institutions constitutionnelles guinéennes sont maudites et mal nées. Il suffit qu’elles soient meublées pour que les démons les envahissent », écrit le satirique Le Lynx dans sa dernière parution en date du 04 avril 2016. Ce journal faisait allusion à la mauvaise gestion constatée (audit) au niveau de la Cour constitutionnelle.

C’est un flou total sur la gestion d’une somme colossale allouée à cette institution républicaine dirigée par Kéléfa Sall. Après les bruits, la presse a révélé un scandale (presque) sans précédent. Et les conseillers ne sont pas contents de cette attitude du président qui risque de se retrouver à la touche.

Selon Le Lynx, l’audit interne de la Cour constitutionnelle révèle un manque à gagner de deux cent soixante-seize (276) millions de francs guinéens rien que sur les salaires de 2015. Même l’assistant du Directeur administratif et financier -DAF- a le même salaire que le chef de la section comptabilité. Pour les indemnités de session, il y a un trou de plus de trente millions GNF tandis qu’au niveau des carburants, on parle de 83 millions, explique Le Lynx qui ajoute « pour les réunions, séminaires et conférences, les enchères grimpent à près de quarante millions GNF.

« Le comité constate aussi que si on prend en compte tous les documents financiers présentés par le DAF, il se dégage un manquant de 1 418 323 979 GNF. Si l’on ajoute le manque à gagner au niveau des salaires, on obtient 1 728 323 979 GNF.

Le journal qui cite le rapport souligne que « si on écarte certaines dépenses à peines justifiées, le manque à gagner se chiffre entre 1 728 323 979 GNF et 2 096 363 979 GNF. A en croire le DAF cité dans le rapport, pour l’exercice 2015, la Cour constitutionnelle a dépensé 7 017 231 890 GNF et il resterait environ 31 000 000 GNF.

Le journal affirme que « l’accusé (Kéléfa Sall, président de la Cour constitutionnelle, ndlr) lève la main gauche pour tout nier.

A suivre…

 

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire