reunion de l’opposition républicaine: voici les 5 décisions majeures de la rencontre

0
101
Opposition guinéenne
Opposition guinéenne
Partager

Après plusieurs heures de discussions au QG de l’UFDG, à la CBG, Hamdallaye, ce lundi 4 avril 2016, l’opposition républicaine a, à travers son porte parole, Aboubacar Sylla, annoncé une série de décisions pour marquer son désaccord sur plusieurs sujets d’actualité nationale.

Parmi les points annoncés par Aboubacar Sylla, il y a : la suspension de sa participation à la mise en place des démembrements de la CENI ; le rejet du chronogramme des élections ; le rejet de la CENI actuelle ; mais également la marche de « toutes les femmes de l’opposition », le 12 avril ; et, enfin, une nouvelle opération « ville morte », le 14 avril 2016.
S’agissant de la mise en place des démembrements de la CENI, qui domine l’actualité, l’opposition républicaine a, par la voix de son parole, Aboubacar Sylla, annoncé la suspension de sa participation dans toutes les activités menant dans ce sens : « Nous avons dit qu’il n’est pas question pour nous que des partis politiques qui se réclament de la mouvance présidentielle viennent recevoir des sièges au niveau des démembrements dans les quotas qui sont alloués par la loi à l’opposition. Puisque, actuellement, c’est le cas, dans plusieurs circonscriptions, on a suspendu l’installation des démembrements au motif qu’il faudrait que l’opposition accepte l’UFR dans ses rangs. Nous avons donc décidé de suspendre notre participation à tous les démembrements de la CENI jusqu’à ce que cette question de droit soit résolue », a-t-il annoncé aux médias présents.
Aux dires du porte parole de l’opposition, la CENI est entrain de s’immiscer dans le fonctionnement de l’opposition en voulant indiquer qui est de l’opposition et qui ne l’est pas. C’est la raison pour laquelle cette institution en charge d’organiser les élections en Guinée refuse d’installer les démembrements sans que l’UFR soit représentée dans les rangs de l’opposition, a dénoncé Aboubacar Sylla.

Pour ce qui est de l’organisation des élections locales, l’opposition a également déploré que la CENI ait modifié le calendrier électoral en repoussant celles-ci jusqu’au mois d’octobre prochain : « C’est en contradiction flagrante des dispositions de l’accord du 20 août 2015 sur l’organisation des élections locales et communautaires. Nous avons le sentiment que le pouvoir voudrait faire l’impasse totale sur les élections au niveau des conseillers de quartiers et de districts. Il n’est pas question et nous ne sommes pas d’accord », a dénoncé l’opposition.
Par ailleurs, Aboubacar Sylla a réitéré la volonté de l’opposition de récuser la conduite du processus électoral guinéen par la CENI actuelle qu’elle accuse de « manque d’impartialité pour organiser des élections crédibles, équitables et transparentes dont les résultats seront accepté de tous ». C’est pourquoi, les opposants exigent la réforme de la CENI en tenant compte du nouveau paysage politique guinéen.

Pour ce qui est de la poursuite des manifestations politiques, Aboubacar Sylla a annoncé qu’il y aura une première qui réunira toutes les femmes de l’opposition pour une marche pacifique allant du Port Autonome pour le ministère de la Justice. Elle aura comme objectif, la lutte contre l’impunité qui sévit dans le pays. Celle-ci sera suivie, deux jours après, de l’observation d’une nouvelle journée « ville morte », le 14 avril 2016.

source  Guineematin.com

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire