Pillage de nos ressources: Alpha Condé se tape 408 milliards 663 millions 056 mille GNF en 2018

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le président Alpha Condé est champion dans la politique politicienne, toute catégorie confondue. Pendant que le budget de plusieurs départements ministériels a été réduit à la portion congrue, comme le cas du Ministère de l’élevage qui n’a que 24 milliards, juste pour payer le salaire des fonctionnaires, la présidence de la République se frotte chaleureusement les mains et suivez notre regard.
Le budget du président Alpha Condé qui était de 367 milliards 218 millions 589 mille GNF en 2017 passe allègrement à 408 milliards 663 millions 056 mille GNF en 2018, soit une augmentation de 41 milliards 444 millions 468 mille GNF.
Pendant ce temps, il y a des incertitudes qui pèsent sur l’organisation des élections locales et pour cause. La 17è session du comité de suivi des accords politiques du 12 octobre 2016 s’est tenue cette semaine qui tire à sa fin au palais du peuple.
Au cours des travaux, l’évolution des travaux au sein des commissions techniques était au centre des préoccupations des acteurs signataires de ses accords politiques. En 17 session du comité de suivi, les choses ne sont toujours pas clairement établies pour écarter les incertitudes.
Dans les faits, les guinéens doivent se rendre théoriquement aux urnes le 4 février 2018. A propos, il faut dire que l’incertitude plane sur cette date et pour cause. La commission électorale nationale indépendante est face à plusieurs contradictions, notamment la correction des imperfections constatées. Au nombre des problèmes, figure aussi en bonne place la législation en matière d’organisation des élections locales et surtout le nerf de la guerre, l’argent. Il faut à la commission électorale nationale indépendante, la somme de 350 milliards GNF pour organiser les élections locales du 4 février 2018.
Sur le sujet, il faut dire que c’est le président Alpha Condé qui doit prendre des actes juridiques. Là dessus, on est encore loin des comptes. Selon un juriste, il sera difficile d’aller aux élections avec les textes juridiques en vigueur au risque de créer des problèmes.
Il y a aussi l’organisation des élections législatives en 2018 qui n’est pas encore clairement définies. Pour les élections législatives qui doivent également se tenir en 2018, la commission électorale nationale indépendante aura besoin de plus de 300 milliards GNF.
Alors, comment se tenir pour mobiliser l’argent dont les montants ( 408 milliards 663 millions 056 mille GNF pour la présidence de la République, 350 milliards pour organiser des élections et plus de 300 milliards pour organiser les élections législatives, le tout en 2018)? Les problèmes de développement dans tout ça?. Que dire du paiement des fonctionnaires avec des rumeurs sur la diminution des salaires, selon certaines indiscrétions.
A propos, comme disait Alexandre Dumas, »la plus grande sagesse au monde réside en deux mots: attendre et espérer ». Les guinéens doivent donc attendre et espérer que le pays ne tombera pas dans le syndrome de la République Démocratique du Congo, avec des glissements de calendrier pour la tenue des élections. Mais aussi attendre et espérer que les maigres salaires des fonctionnaires ne seront pas touchés en cette période de vaches maigres.

Libreopinionguinee avec Guinee Live

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here