Muni-tournée de Macron en Afrique: La Guinée de Condé contournée par Macron qui ne souhaite rencontrer que des dirigeants démocrates et des sociétés civiles engagées, selon les proches du President Français

0
3444
Emmanuel Macron et Alpha Conde au palais de l'Elysée
Emmanuel Macron et Alpha Conde au palais de l'Elysée
Partager

C’est ce lundi 27 novembre 2017 que le président français entame sa mini-tournée africaine avant de se rendre en Côte d’Ivoire pour participer au sommet Europe-Afrique. Cependant, Avant le sommet d’Abidjan, le président MACRON a décidé de faire du Burkina Faso son premier pays de destination et celui dans lequel il tiendra son discours relatif à sa politique africaine, contrairement à ses prédécesseurs qui entamaient leur premier voyage officiel africain par le Sénégal ou par la Côte d’Ivoire. Après le sommet Europe-Afrique, le président français se rendra au Ghana, pays qui vient une nouvelle fois de connaître une alternance démocratique sans effusion de sang.
Selon les proches du président MACRON relayés par plusieurs journaux français, le choix des pays à visiter par le président français résulte de leur caractère démocratique et de la vitalité de leurs sociétés civiles qui se battent réellement pour l’instauration de la démocratie et de la bonne gouvernance dans leurs pays. Il n’est donc pas étonnant que le président guinéen et sa société civile soient contournés par le président français qui ne souhaite rencontrer que des dirigeants caractérisés par leur pratique démocratique. Comme quoi, la démocratie n’est pas une simple déclaration à travers les médias dont certains sont corrompus. La démocratie est une manière de gouverner, respectant les règles démocratiques. Le président Alpha Condé qui gouverne par la violation quotidienne des lois de la République, qui refuse d’organiser des élections et qui remplace des représentants élus, par des personnes qu’il nomme en flagrante violation des lois électorales, ne peut mériter la visite du président français dont l’objectif est de rendre visite aux dirigeants qui ont épousé les valeurs démocratiques. Il est également malheureux de constater que la société civile guinéenne a une réputation qui ne rend pas honneur au combat démocratique de soixante années livré par le peuple martyr de Guinée. La société civile guinéenne est majoritairement corrompue par le pouvoir. D’ailleurs, certains anciens dirigeants des organisations de la société civile à l’image de monsieur Aziz Diop sont immédiatement nommés à des postes de responsabilités administratives dès après leur départ des organisations de la société civile, certainement pour services rendus au pouvoir. Ce constat avait été révélé par monsieur François SOUDAN du Jeune Afrique qui, sur la RFI, avait dit qu’il faut faire la différence entre les sociétés civiles africaines, telles que celles du Sénégal et du Burkina Faso qui sont des vrais sociétés civiles et celles de la Guinée qui vivent au crochet du gouvernement et qui dépendent totalement du pouvoir dont elles sont sensées combattre les dérives.
Il n’est de secret pour aucun observateur que la majorité des acteurs de la société civile guinéenne en font leur fonds de commerce et un véritable outil de collaboration avec les gouvernements successifs, pour seul objectif de s’enrichir au préjudice du peuple martyr de Guinée.
Le président Alpha Condé doit savoir que les temps ont changés et que ce n’est plus François HOLLANDE qui est à l’Élysée. L’homme qui déroulait le tapis rouge pour accueillir les dictateurs corrompus de l’Afrique. D’ailleurs, il avait publiquement soutenu le projet de tripatouillage constitutionnel du dictateur congolais Denis Sassou N’guesso et on ne sait pour quelle contrepartie ?
Dès l’élection de monsieur MACRON, le président Alpha Condé avait tout fait pour le rencontrer en sa qualité de président de la République de Guinée sans succès. C’est après plusieurs tentatives avortées de son ambassadeur et de son ministre des affaires étrangères que le président guinéen avait finalement été reçu par MACRON en sa qualité de président de l’Union Africaine. De ce fait, il n’est pas étonnant que le président guinéen et sa société civile à sa botte soient contournés par le président français.

Libreopinionguinee.com avec le guepard.net

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire