Mouctar Diallo : « On n’a jamais dit qu’on allait soutenir Cellou Dalein Diallo en 2020, on n’a jamais dit ça et ça n’a jamais été au programme »…!

0
7312
CELLOU DALEIN DIALLO ET MOUCTAR DIALLO NFD
CELLOU DALEIN DIALLO ET MOUCTAR DIALLO NFD
Partager

Invité de l’émission les Grandes Gueules de ce mercredi 19 avril 2017, le président des Nouvelles Forces Démocratiques, NFD, Mouctar Diallo, est revenu sur les raisons du divorce entre sa formation politique et l’UFDG, le principal parti de l’Opposition.

‘‘Les Nouvelles Forces Démocratiques ont existé avant l’alliance avec l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, les NDF ont eu un siège au gouvernement avant toute alliance avec l’UFDG, les NFD étaient dans tous les organes de la Transition, représentés par le même nombre et au même niveau que tous les autres partis. Donc c’est pour vous dire que les NFD ont manifesté ; ont prouvé leurs poids et leurs valeurs avant toute alliance avec l’UFDG. Nous avons des alliances objectives et nous ne les regrettons pas. Nous les assumons entièrement avec l’Union des forces démocratiques de Guinée, en 201O ; 2013 et en 2015. Bien sûr il y’a eu une démarcation totale entre les NFD et l’UFDG, due à l’Union des Forces Démocratiques de Guinée. Parce que je rappelle que c’est Cellou Dalein Diallo qui nous a dit en réunion de l’opposition que maintenant chaque parti n’a qu’à aller lui-même pour les élections communales. Et les NFD ont pris acte de cette décision unilatérale de l’UFDG que nous respectons pour le simple fait que nous avons un bon projet de société pour la Guinée et nous sommes capables d’aller seul. Nous avons donc pris la décision pertinente maintenant d’aller seul à toutes les élections et nous irons’’, a détaillé Mouctar Diallo.

Avant de rappeler qu’‘‘initialement NFD avait privilégié l’option unitaire. C’est-à-dire aller en unité, en rang serré contre le pouvoir en place pour maximiser nos chances pour battre le pouvoir en place et de favoriser une alternance démocratique. C’est pour cela qu’au détriment des NFD on a privilégié l’unité de l’opposition. C’est pour cela on était d’accord à tout moment même à des élections d’aller en termes d’alliance derrière l’UFDG et, là il faut le reconnaitre un grand parti qui est d’ailleurs actuellement, au regard des résultats des élections passées, le plus grand parti de l’opposition et on n’a pas ce complexe. Et maintenant que le contexte a changé. (…) Tout est question de contexte dans la vie, ce qui est valable hier n’est pas valable aujourd’hui comme pour demain aussi’’.

Quid de 2020 ? ‘‘On n’a jamais dit qu’on allait soutenir Cellou Dalein Diallo en 2020, on n’a jamais dit ça et ça n’a jamais été au programme. Nous ne regrettons pas des alliances que nous avons eues avec l’UFDG. Maintenant que le contexte a changé, nous n’avons jamais critiqué cette décision unilatérale de l’UFDG même si nous pensons qu’il était important dans le cadre de cette collaboration qu’il y ait un échange et des concertations. Mais l’UFDG est libre de prendre la décision qui lui convient selon ses intérêts. C’est pour cela nous aussi en tant qu’un parti indépendant, autonome, nous avons pris la décision d’aller sous nos propres couleurs à toutes les élections : communales ; législatives et présidentielles, où est le problème ? En tout qu’à au niveau des NFD il n’y en a pas’’, martèle-t-il.

‘‘Il est vrai, reconnait-il, que nous avions regretté l’attitude de quelques responsables de l’UFDG qui nous ont traités de tous les noms d’Israël. Parce que tout simplement nous nous sommes décidés d’être candidats aux élections communales pour la commune de Ratoma. On nous a insultés, diffamés, menacés, attaqués jusqu’à notre siège. Et nous pensions que ce n’était pas une bonne chose. Nous pensons que l’UFDG devrait tenir compte de notre relation fraternelle. Parce que nous ne sommes pas des adversaires et, le seul adversaire c’est monsieur Alpha Condé. Mais nous nous sommes sentis très mal récompensés par des frères, qui ont même véhiculé des intoxications contre nous, qui ont dit qu’Alpha Condé nous a donnés de l’argent pour déstabiliser l’opposition. Et certains même sont allés jusqu’à mettre la pression sur le propriétaire de notre siège de nous faire sortir de là, etc. Il y a beaucoup de choses que je ne voudrais pas divulguer. Mais…Nous n’avions pas peur de recevoir des coups et nous restons sereins en marchant tout droit pour l’intérêt général de la Guinée’’, a conclu le président des Nouvelles Forces Démocratiques de Guinée, Mouctar Diallo, non sans lancer un appel ‘‘bonnes volontés’’ de les aider à trouver un siège.

Avec Guinee7

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire