« Marche pacifique » La société civile guinéenne en colère

0
750
photo dansa kourouma
Partager

La marche de la société civile guinéenne prévue pour ce jeudi 19 févier2015, a été étouffée par les forces de l’ordre. Cette marche visait à protester contre l’insécurité grandissante qui prévaut dans le pays.

photo dansa kouroumaCe matin, les marcheurs se sont heurtés aux forces de l’ordre sur leur chemin.
Surpris de ce fait, les membres des plateformes de la société civile, ont regagné la maison de la presse à Coléah pour une déclaration devant les journalistes : « On ne marche pas contre quelqu’un on marche pour la sécurité, on marche pour la justice. Le combat pour la liberté est difficile, mais ça commence par un premier pas », a clamé Dansa Kourouma, président du CNOSCG.

Il a ensuite remercié les membres de la société civile qui ont pris part à cette marche : « Vous avez montré que vous êtes braves malgré des centaines de policiers mobilisés. On a marché même si c’est 1 km », se félicite-t-il.
La société civile voulait par cette marche, attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur l’insécurité qui sévit dans le pays et de remettre au chef du gouvernement, un Mémo contenant des pistes de solution. « Le message n’est pas pour braver l’Etat ou les forces de l’ordre. C’est d’aller au bout des revendications jusqu’ à ce que le premier ministre nous prenne au sérieux. (…) Je demande au gouverneur de revoir son dispositif, nous avons beaucoup accepté, quand ce gouverneur a eu des problèmes avec les huissiers, c’est la société civile qui s’est levée pour arranger.

C’est ce qui lui a permis de sortir par la grande porte. Alors c’est une alerte qu’on lui fait. Une fois qu’on lui adresse une lettre pour une manifestation et qu’il refuse, on va demander à toute la population de sortir », menace Dansa Kourouma.
La Société civile guinéenne entend utiliser une autre forme de revendication pour se faire entendre.

Il s’agit d’organiser le sit-in devant les institutions internationales accréditées en Guinée, jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

www.libreopinionguinee.com

 

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire