l’Opposition Républicaine met à nue la « mauvaise gestion » économique du pays

0
532
Opposition guinéenne
Partager

L’opposition Républicaine était à nouveau face à la presse ce mercredi 20 juillet 2016 à Conakry, pour dénoncer cette fois-ci la situation socio- économique du pays. Avec des explications et des documents à l’appui, l’O.R a tenté de démontrer qu’il n’y a aucun contrôle dans la gestion actuelle de l’économie guinéenne.

Pour cette énième conférence consacrée cette fois-ci à la gestion économique, l’OR à travers son porte-parole, a dénoncé la “gabegie financière, les marchés de gré à gré et la surfacturation” des projets établi à des durées indéterminées. Pour un début Aboubacar Sylla a fait cas du secteur de l’enseignement. « Pour le système de contrôle des examens nationaux, 240 milliards sont dans la poche de certaines personnes. Pour le département de l’enseignement supérieur et de l’alphabétisation, 300 milliards de francs guinéens soit 40 millions$ sont financés pour les bourses des étudiants dans les universités privées. Cet argent pourrait contribuer à la construction de quatre universités à l’image de Gamal chaque année», explique-t-il.

Autre point dévoilé est celui du secteur de la défense où 14% du budget sont dépensés sans rendement. « Le ministère de la défense a 1.500 milliards de francs guinéen chaque année, dont la dépense budgétaire est de 14%, il n’y a aucun pays qui fait cela. En plus, on ne voit pas cela dans les casernes et équipements », argumente Aboubacar Sylla.

Mis à part ces dénonciations, Aboubacar Sylla a touché un autre aspect qu’il trouve révoltant, c’est celui des marchés de gré à gré, où il précise qu’entre 2014 et 2015 il y a eu 9 mille milliards de dépenses, une somme qui pouvait servir à la construction de deux barrages hydro électriques. Ces marchés de gré à gré ont des caractéristiques distinctes selon le porte-parole de l’OR. « Pas de procédure légale, surfacturation systématique, garantie de la banque centrale, pas de société de contrôle, des projets octroyés à des étrangers comme la Mauritanie, le Mali…pour cause ce sont eux qui financent les élections… » Énumère-t-il.

Malgré l’inexistence d’une haute cour de justice, l’O.R a élaboré 14 chefs d’accusation contre le chef de l’Etat à l’Assemblée Nationale pour haute trahison à la Guinée.

kalenews

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire