Le comité de soutien aux détenus politiques adresse une lettre de grâce au président Alpha condé

Photo bah oury ufdg

Conakry, 22 Novembre 2014
Objet : demande de
Grâce Présidentielle
A son Excellence Monsieur le Président de la République de Guinée
Conakry
Excellence Monsieur le Président,
Nous sommes un certain nombre de citoyens guinéens, de différents âges et de divers horizons qui en
plus des liens de famille, de parenté et d’amitié, avons décidé de former une association conformément à
l’article 10 de notre constitution.
Nous avons appelé notre association « Comité de Soutien aux Condamnés et Détenus politiques en
Guinée »
L’objectif de ce comité est d’assister par des moyens légaux les condamnés et détenus politiques.
Pour se faire, nous présentons des pétitions aux autorités à tous les niveaux. Nous traduisons
également notre soutien à ces condamnés et détenus par des actions de plaidoyers auprès des différentes
institutions nationales, vers les organismes internationaux et les représentations diplomatiques.
Excellence Monsieur le Président,
A la réflexion, nous nous somme dit, pourquoi passer par ′′les anges et les saints′′ alors qu’on peut
voir le « Bon Dieu » directement.
Cela ne veut pas dire Excellence Monsieur le Président, que nous vous identifions aux « Bon Dieu »
car ce serait un blasphème. Nous voulons simplement indiquer, qu’au lieu de passer par des
intermédiaires pourquoi ne pas aller directement vers vous et vous présenter nos doléances ?
Excellence Monsieur le Président,
La constitution Guinéenne consacre la séparation des pouvoir : Exécutif, Législatif et Judiciaire.
Cependant, en tant que Président de la République vous êtes le père de la Nation, vous êtes le
premier magistrat du pays. L’article 46 de la constitution vous donne le pouvoir réglementaire que vous
exercer par Décret.
L’article 47 de la constitution fait de vous le chef des armées.
L’article 49 de la constitution vous donne le pouvoir d’exercer le droit de Grâce.
En tant que Président de la République, l’article 112 de la constitution fait de vous le Président du
conseil supérieur de la magistrature. L’article 111 de la constitution précise que c’est le conseil supérieur
de la magistrature qui donne son avis sur l’exercice du droit de grâce. Cet avis motivé du conseil
supérieur de la magistrature n’est transmis qu’à vous, en tant que Président de la République.
Excellence Monsieur le Président,
C’est pour tous ces motifs, que nous membres du comité de soutien aux condamnés et détenus
politiques, pensons que, vous êtes effectivement la véritable autorité vers la quelle nous dévons nous
tourner pour présenter nos désidératas.
Email: soutien.detenus.gn@gmail.com /Sur facebook: comité de soutien aux détenus politiques en guinée.
Tel : 00224 628 563 650/ 664 499 549Et c’est pour cela également, Excellence Monsieur le Président, que nous membre du comité de
soutien aux condamnés et détenus politiques, venons humblement, sincèrement et très respectueusement
auprès de votre auguste personne, par la présente, vous demander de bien vouloir accorder la grâce
présidentielle et la réhabilitation à tous les condamnés et détenus politiques sous votre magistrature.
Cette doléance, concerne aussi bien les affaires graves comme celle du 19 juillet 2011 que celles
relatives aux simples manifestations de rues.
Excellence Monsieur le Président,
Le Prophète Mohamad (PSL) à son retour à la Mecque après un long exil avait demandé à ses
compagnons de ne commettre aucun acte de vengeance sur ceux qui les avaient persécutés et chassée de
la Mecque.
Tout récemment, en Afrique du Sud après une longue période de bagne et de discrimination
Nelson Mandela avait tendu la main à ses anciens geôliers pour une franche et loyale collaboration sans
aucun règlement de compte.
Excellence Monsieur le Président,
La plus part des jeunes de la génération actuelle n’ont pas connu la période dite de la Révolution
guinéenne. A cette époque vous aviez été condamné à mort. ′′Le Bon Dieu′′ vous a sauvé.
Durant le régime du Général Lansana CONTE dont vous étiez un farouche opposant, vous aviez
été arrêté, jugé et condamné. Des actions de soutien et de plaidoyers en votre faveur ont amené les
autorités de l’époque à prendre une loi d’amnistie pour vous rétablir dans vos droits civils et politiques.
Aujourd’hui, vous êtes Président de ce même pays. L’article 37 de la nouvelle constitution, vous
protège contre les offenses, les injures et les calomnies.
Nous membres du comité de soutien aux condamnés et détenus politiques, vous réitérons notre
demande, humblement, sincèrement et très respectueusement de bien vouloir pardonner, gracier et
amnistier tous ceux qui vous ont offensé injurié et calomnié et qui sont aujourd’hui condamnés et
détenus.
Excellence Monsieur le Président,
Cette demande de grâce et d’amnistie concerne aussi bien les affaires du 19 juillet que celles
relatives aux manifestations de rues et aux propos malveillants dans les médias.
Excellence Monsieur le Président,
Si vous accédez à nos dolences, vous aurez fait preuve d’indulgence, d’humilité et de
magnanimité, toutes choses qui caractérisent les grands hommes qui ont marqué positivement de leurs
empreintes certaines époques de l’histoire de l’humanité.
Dans l’espoir que notre demande va rencontrer votre agrément, nous vous prions Excellence
Monsieur le Président, de bien vouloir accepter nos salutations les meilleurs et croire en l’expression de
notre très haute considération.
Pour le Comité de soutien
Email: soutien.detenus.gn@gmail.com /Sur facebook: comité de soutien aux détenus politiques en guinée.
Tel : 00224 628 563 650/ 664 499 549

Photo bah oury ufdg

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here