La folie de Bangaly Kourouma : après le tollé, il revient avec des propos plus dangereux

0
6065
Bangaly Kourouma DG police Guinéenne
Partager

Le Directeur Général de la police persiste et signe: «…Alpha Condé est au pouvoir jusqu’à sa mort.»

Ceux qui pensent que le Directeur Général de la police, Bangaly Kourouma allait se rétracter après les propos controversés qu’il a tenus jeudi 24 novembre au siège du RPG Arc-en-ciel à N’Zérékoré, doivent encore revoir leur copie. Le patron de la police nationale affirme n’être pas du tout impressionné ni inquiété en dépit de l’émoi et du tollé généralisés que cette dernière déclaration a suscités à la fois dans les médias et au sein des opposants au régime Alpha Condé.

En effet, au cours d’une rencontre ce vendredi 25 novembre avec les frondeurs du parti à la ‘’Villa Syli’’, le DG de la police a réitéré ses propos tenus au siège.

«On ne peut pas dire quelque chose et après dire le contraire. Aujourd’hui, RFI (Radio France Internationale, ndrl) et tous les réseaux sociaux parlent de moi parce que j’ai dis que Alpha Condé est au pouvoir jusqu’à sa mort. C’est moi qui l’ai dit, j’insiste, je persiste et je vais le vulgariser partout», a martelé Bangaly Kourouma.

Et d’ajouter : « ce que je vais vous dire, Dieu même qui nous a créés est injuste. Il a rendu certains pauvres, d’autres riches, il a créé des malades et des sains, des aveugles et des voyants (…) c’est l’injustice qui est là et c’est notre quotidien. Il faut s’y habituer. »

Cette autre sortie du DG de la police nationale intervient quelques heures seulement après la plénière de l’opposition à Conakry. Au cours de cette plénière, l’opposition républicaine a exigé le limogeage de Bangaly Kourouma, pour les propos à la fois «séditieux et anticonstitutionnels». Aussi, l’opposition réclame qu’il soit poursuivi devant les tribunaux.

Mais en attendant, Bangaly Kourouma continue de défendre sa position et ce jusqu’à quand, s’interrogent certains observateurs de la scène politique nationale.
Avec Guineenews

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire