La classe politique guinéenne frappée par une crise de confiance

0
1947
Signature des accords le 12 octobre 2016 entre pouvoir et opposition
Partager

C’est le moins que l’on puisse dire. La confiance entre les acteurs politiques s’est effritée. Depuis la signature de l’accord inter-guinéen du 12 octobre dernier, rien ne va plus entre eux. Chacun y va de son commentaire qui, parfois, incrimine et salue cet accord décrié aussi par la société civile.

L’Union des forces démocratiques de Guinée -UFDG- de Cellou Dalein, chef de file de l’opposition et le Rassemblement du Peuple de Guinée -RPG- avec ses partis alliés sont par contre d’accord sur le contenu de cet accord du 12 octobre. Plusieurs partis estiment être lésés par ces deux partis politiques qui se sont partagés la part du lion si toutefois, l’esprit de cet accord est accepté et validé par le Parlement.

A l’image du Bloc Libéral -BL- de Faya Millimouno, le Parti de l’Espoir pour le Développement National -PEDN- de Lansana Kouyaté, l’Union des forces républicaines -UFR- conteste également cette entente entre les deux principaux partis politiques de la Guinée.

Ainsi, les leaders politiques offrent aux populations un spectacle désolant caractérisé par attaques verbales, des révélations, des dénonciations parfois calomnieuses et des accusations de « deal ». Ce qui ressemblait à une unité d’action de l’opposition semble être fissuré. La méfiance et l’intérêt personnel voire égoïste se sont installés. D’ailleurs, il y en a des citoyens et des leaders politiques qui parlent même de trahison.

De toutes façons, les différentes réactions des uns et des autres ressemblent un peu à de l’extrapolation. Car, même si cet accord du 12 octobre est loin d’être parfait, il aura, au moins, réussi à décrisper la situation sociopolitique auparavant très tendue.

De ce fait, les Guinéens devraient dans leur majorité se réjouir tout en mettant la pression sur les leaders politiques de tout bord pour éviter qu’ils ne complotent contre le peuple car c’est possible.

Qui avait dit qu’en politique, il n’y a pas d’état d’âme?

Mamadi Touré

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire