Justice : Le procureur requiert plusieurs millions de francs contre les militaires retraités

0
111
photos militaires rétraités guinéenne
Partager

Le jugement des cinq militaires retraités  poursuivis pour « délit d’attroupement, outrage et diffamation du chef de l’Etat et les membres du gouvernement » est rentré dans sa phase de plaidoiries et réquisitions, ce jeudi 17 mars, au tribunal de première instance de Mafanco. 

Selon l’avocat de la partie civile, Me Johachim Bilimou, cette affaire  qui est devant ce tribunal est la suite d’un fait orchestré par les prévenus. « Courant l’année 2011, les militaires ont été mis à la retraite par le gouvernement guinéen. Et des mesures d’accompagnement aussi ont été prévues pour la circonstance », a t-il expliqué.

Mais, poursuit-il, ces militaires retraités ont estimé que leurs conditions de mise à la retraites n’ont pas été réalisées. Et, indique l’avocat, « pour satisfaire cela, ils ont eu plusieurs entretiens avec les autorités compétentes dont le ministre de la défense, le premier ministre, le chef d’état major ». Comme leur revendication n’a pas été satisfaite, renchérit l’avocat,  « ils ont décidé de passer devant la presse pour faire des déclarations contre le Président de la République et les membres du gouvernement ».

Il déplorera que dans ce document sorti devant la presse et adressé aux institutions nationales et internationales,  «  il y avait  des propos qui portent atteintes à l’honneur du chef d’Etat et de son gouvernement ». Mieux, s’interroge-t-il, ces individus ont-ils une quelconque raison de procéder à un attroupement interdit par les autorités ?

Convaincu de la culpabilité des prévenus au regard de ces explications, Me Johachim Bilimou a demandé au  tribunal de condamner solidairement  les prévenus, au payement d’un francs symbolique au  titre des dommages et intérêts.

Pour sa part, le procureur de la République,  Aly Touré, dira que ces retraités « ont confondu droit et promesse. Et affirmé devant la presse, que le président est à la base de leur mauvaise fin de carrière, chose qui ne devait pas être dite ».

M. Touré a sollicité au tribunal de condamner  M. Jean Dougo Guilavogui secrétaire général des syndicats militaires retraités et veuves, à trois millions de francs guinéens  pour le délit de presse qu’il a causé.

Quant aux quatre autres prévenus dont le lieutenant colonel Jean Bangoura, colonel Sékou Kourouma, commandant Sékou Kouyaté et colonel Souleymane Diallo, de les condamner à huit mois de prison ferme et au paiement d’une amende de deux millions de nos francs.

De son côté, Me Salifou Béavogui, l’avocat des prévenus dira que, « les infractions citées contre mes clients ne sont pas fondées. Je demande au tribunal de passer outre à ce que la partie civile et le procureur ont sollicité ».

Après ces plaidoiries et réquisitions, le président du tribunal a renvoyé l’audience le 24 mars prochain pour le verdict.

avec kibanyiguinee.info

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire