Je préfère de très loin, un maitrisard patriote et ouvert d’esprit à la tête de la Guinée que le Professeur Alpha CONDE

0
134
Partager

Je préfère de très loin, un maitrisard patriote et ouvert d’esprit à la tête de la Guinée que le Professeur Alpha CONDE et son gouvernement indélicat, affirme Almamy Sékou SOUMAH, Président du Cercle de réflexion AGIR POUR LA Guinée

En 2010, à la suite d’un vote sanction dans une atmosphère sociologique tendue, le professeur Alpha CONDE a été élu Président de la république de Guinée.
En raison de sa virginité administrative dans la gestion du pays à cette époque et ses nombreuses années passées en France, son avènement à la magistrature suprême de la Guinée a suscité beaucoup d’espoir chez l’immense majorité des Guinéens.
Paradoxalement, après avoir estimé que tous les cadres qui ont géré la Guinée sous le régime du Président feu Général Lansana CONTE sont des voleurs de deniers publics, il a engagé dès sa prise de fonction et contradictoirement du CONTEISME SANS CONTE en s’entourant des hommes forts du régime de feu Général Lansana CONTE alors que selon lui, il a pris la Guinée là où Sékou TOURE l’a laissée.
Où est la cohérence ? Où est la constance qui estsouvent reconnue par beaucoup de Guinéens, comme étant la principale caractéristique de l’homme ?
De plus, après près de 5 ans d’exercice du pouvoir à l’occasion de la fête internationale du travail, le Professeur Alpha CONDE reconnait publiquement et je cite : « j’ai eu le malheur de ne pas connaitre les cadres Guinéens, c’est mon jeune frère Malick qui les connaissaient mais, malheureusement il est mort la veille de mon investiture ».
Cette affirmation du Président de la république qui a contribuée à édifier les Guinéens sur les limites de l’opposant historique d’antan nous a permit de comprendre aisément que les cadres RPG sont subalternes aux yeux du Professeur Alpha CONDE.
Pourtant, c’est après plus de 40 ans de lutte constante que ces derniers sont parvenus à faire élire leur candidat à la magistrature suprême du pays. Faut-il croire que les responsables du RPG ne sont pas des cadres valables ? Ma réponse est non !!! Cependant, j’ose croire sans risque de me tromper que les propos du professeur président sont aberrants, inconsistants et incohérents.
Au terme de son premier mandat, le tissu social du pays est déchiré, le climat politique fortement ethnicisé, les institutions de la république fragilisée, la situation économique détériorée. Malgré cela et profitant de la division de l’opposition républicaine, le Président de la république candidat à sa propre succession a été réélu dès le premier tour en 2015.
Se réjouissant de son coup KO, la situation de la Guinée continue de s’aggraver, le RPG ARC EN CIEL qui a porté le Professeur Alpha CONDE au pouvoir exprime régulièrement un réel sentiment de regret, d’échec et de frustration, certains alliés du pouvoir ont très vite rejoint l’opposition à moins d’un an de la réélection du Président Alpha CONDE.
Face à ce magma, il convient d’admettre que le peuple de Guinée s’est rendu compte à posteriori qu’il a commis une bévue en portant le professeur Alpha CONDE à la magistrature suprême du pays.
Le constat est amer, l’homme manque de vision, leprojet de société dont il est porteur pour une Guinée émergente est une simple utopie car, le quotidien des Guinéens s’aggrave, le pays sombre dans une récession après avoir atteint le point d’achèvement de l’initiative PPTE, l’insécurité grandit de plus en plus, le professeur Président s’éloigne des réalités vivantes de son peuple. Il instaure un Etat paradis où tout est démesurément permit sur l’ensemble du territoire et en toute circonstance dans une impunité totale.
Pour ma part, en ce 21e siècle et au regard du bilan très peu élogieux du professeur Alpha CONDE et des nombreux docteurs qui le soutiennent et l’accompagnent dans l’exercice de ses fonctions, jepréfère de très loin, un maitrisard patriote et ouvert d’esprit à la tête de la Guinée que le ProfesseurAlpha CONDE et son gouvernement indélicat.
C’est pourquoi, la jeunesse ne doit plus tarder às’affirmer pour reprendre son destin en main et mettre un terme aux politiques et stratégies qui n’ont conduit qu’à la ruine de la Guinée.
Jeunes de Guinée, refusons maintenant d’être spectateurs de la gestion médiocre de nos ainés car, nous avons le potentiel et même l’expérience nécessaire pour faire avancer le pays. Soyons des acteurs incontournables du progrès de notre pays. Ensemble, nous pouvons.
ALMAMY SEKOU SOUMAH
PRESIDENT DU CERCLE DE REFLEXION
AGIR POUR LA GUINEE

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire