Interview exclusive: Makanera ouvre son cœur, le rpg n’existe pas en pratique !

Makanera kake
Makanera kake photo Libreopinionguinee.com

Makanera Kaké

 

 

Libreopinionguinee.com a reçu en interview exclusive l’ancien ministre de la communication guinéenne, Alhousseny Makanera Kaké en séjour à Paris. Nous avons débattu de plusieurs points.

Lisez plutôt !


Libreopinionguinee: Pourquoi avez-vous quitté le Rpg-arc-en-ciel ?

Makanera Kaké: Je n’ai pas quitté le rpg-arc-en ciel puis que, le Rpg-arc-ciel n’existe pas en pratique. Juridiquement oui! parce qu’on à l’arrêté mais depuis 2012 jusqu’aujourd’hui, nous n’avons pas pu organisé des élections pour meubler les structures du parti. Il est difficile de dire aujourd’hui que j’ai démissionné du rpg ou pas parce qu’on a pas mis le Rpg-arc-en-ciel  d’abord en pratique.

Vous venez de rencontrer à Paris Mamadou Sylla et Papa Koly Kourouma pour créer un parti politique ou un mouvement?

Nous n’avons pas créer un parti politique mais une plate-forme pour défendre la démocratie, la bonne gouvernance et surtout encourager la culture du mérite. Cette plate-forme prend le nom de (FUG), Front Uni pour la Démocratie
qui est ouverte à toutes les sensibilités socio-politique de la Guinée.

Quelle appréciation faites-vous de la gouvernance actuelle du président Alpha Condé?

Je voudrais tout simplement voir le résultat que le gouvernement des technocrates va nous produire, puisque le meilleur maçon se reconnaît au pied du mur. En tout cas, nous, nous sommes fières de notre résultat parce que le Président  lui même reconnaît ce que nous avons pu faire en cinq ans. Les autres n’ont pas pu faire le faire en cinquante ans.

Par rapport à sa gouvernance actuelle, le President de la République a fait des progrès mais il reste beaucoup à faire encore. C’est pourquoi notre plate-forme s’engage à soutenir tout ce qui est bon dans les actes que le gouvernement actuel pose et se réserve de droit de critiquer tout ce qui n’est pas bon afin d’améliorer la qualité de vie de nos concitoyens.

Certains pensent que vous prenez de distance avec Alpha Condé et que cela est dû au fait que vous n’avez pas été reconduit dans le nouveau gouvernement, qu’en dites-vous?

Par rapport aux acteurs politiques guinéens, rare sont ceux qui peuvent tenir la comparaison avec moi, je le dis en toute modestie, puisque, une personne ne peut dire que je me suis engagé en politique par mon ethnie ou ma communauté. Quand on sait que, c’est nous qui avions créé l’UNR de Bah Mamadou, banque mondiale. A cause de ma conviction, je suis resté dans l’opposition de 1992 en 2010 à l’arrivée de l’opposition au pouvoir. Une fois Alpha Condé au pouvoir, je suis resté presque pendant trois ans sans poste et ma défense en faveur du régime n’a jamais faibli. Une fois au gouvernement, il a fallut moins d’un an et demi pour que je décide de déposer ma lettre de démission du gouvernement Said Fofana au Président Condé . Je crois que c’était une première qu’un ministre de la République démissionne étant en Guinée.
Je voudrai dire à ceux qui pensent que maintenant je suis critique, ils n’ont’ qu’à se renseigner sur le deuxième et le troisième paragraphe de la lettre de ma démission ou je disais en substance que je suis dans l’obligation morale de reconnaître que je suis dans l’incapacité de réaliser le rêve de créer une Guinée heureuse avec le régime actuel et c’est pourquoi je dis que je peux soutenir toutes les causes dans l’erreur mais seul les nobles causes bénéficient mon soutien en toute connaissance de cause.

Quelle lecture faites-vous de la fronde qui existe aujourd’hui au rpg-en-ciel?

Je crois qu’aujourd’hui la fronde qui existe au Rpg-arc-en-ciel était prévisible car c’est la loi qui encadre toute association, qu’il soit politique ou non. Si au Rpg arc-en-ciel on applique pas le statut du parti, on est obligé de connaître ce qui se passe maintenant. Mais malheureusement, ceux qui cherchent à trouver la solution à la fronde pensent qu’on peut faire baisser la fièvre en cassant le thermomètre. Au lieu d’organiser des élections démocratiques à l’interne du parti, ils préfèrent la politique de fuite en-avant.

Tout récemment on vous a aperçu du côté du siège de l’ufdg, votre ennemi d’hier, qu’étiez-vous parti faire là-bas?

Effectivement j’ai été reçu par Elhadj Cellou Dalein Diallo pendant près d’une heure. Nous avons échangé sur la vie socio-politique de la Guinée. Qu’on le veille ou pas, Elhadj Cellou Diallo est un acteur majeur de la vie politique guinéenne. Donc, quand on veut entreprendre quelque chose comme ce que nous voulons avec le FUD, il est important de rencontrer tous les acteurs majeurs de la vie politique guinéenne même en étant au gouvernement le pays a besoin des partis politiques de l’opposition fort, car nous on voudrait être le plus fort et on ne peut pas défendre la démocratie en détruisant les partis politiques de l’opposition.

Pourquoi cette parenthèse de détruire les partis politiques ou bien vous soupçonnez le régime actuel de vouloir détruire l’ufdg?

Je n’ai aucune preuve contre qui qu’il soit pour la destruction d’un parti politique et je suis convaincu qu’il faut renforcer le respect des lois pour protéger les citoyens et les formations politiques.
Quel regard portez-vous sur le problème qui mine aujourd’hui entre Cellou Dalein et bah Oury?

Moi je pense que ça c’est un faux débat, vouloir personnifier le débat. L’ufdg est une institution qui a son statut et ses règlements intérieurs. Il suffit simplement d’appliquer les statuts et le règlement intérieur, y’a plus de débat. C’est ma position par rapport à ça.
Une interview réalisée par Macka Balde et Sidi Diallo depuis Paris France pour Libreopinionguinee.com
Contact Libreopinionguinee@gmail .com
Tel 0033601064916

0 Partages

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here