Insécurité à Mamou : les bandits vident leur chargeur sur un chauffeur

0
8751
Coupeur de route
Coupeur de route. Image Archive
Partager

Les coupeurs de route font parler d’eux de nouveau à Mamou. Deux braquages ont été enregistrés dans les périphéries de la ville carrefour dans la nuit du dimanche au lundi 14 novembre. Le bilan : un mort, deux blessés et des biens emportés.

L’une des attaques s’est produite sur la route de Faranah à 5km de Mamou. C’est un véhicule de transport public immatriculé RC 4998 J en provenance de Kissidougou qui a été attaqué aux environs de minuit. Rencontré Sylvain Tonguino une victime qui a reçu une balle dans la cuisse revient sur les circonstances de l’attaque.

« Dans les bandes de 0h- 1h du matin, nous avons entendu des coups de feu derrière nous, il y avait un véhicule qui nous suivait, notre chauffeur a refusé de s’arrêter, ils ont tiré sur les pneus, notre chauffeur a forcé, ils sont passés devant nous pour nous barrer mais notre chauffeur a foncé sur eux, c’est ainsi qu’ils nous ont pourchassé en coinçant notre véhicule. Le chauffeur ne pouvant plus continuer s’est arrêté. Quatre bandits l’ont descendu et ont dit puisqu’il a refusé de s’arrêter il va subir les conséquences, il y a un qui a vidé le chargeur de son fusil sur le chauffeur qui rendra l’âme sur place. Et nous autres, nous avons été mis à terre, ils ont pris tout ce qu’on avait comme bien (téléphones, argent, objets précieux). Après, ils sont disparus » explique t-il.
Informés, les services de sécurité se sont rendus sur les lieux d’urgence « c’est aux environs de 1h25 qu’on a été alerté. Sur les lieux nous avons fait le constat. Le blessé et le décédé ont été transportés à l’hôpital. Nous avons organisé le transport des passagers et des bagages vers la gendarmerie. Actuellement, nous avons mis les hommes en alerte pour des fins d’enquêtes » précise commandant KoïKoï Goïpogui de la gendarmerie routière de Mamou.

Le syndicat des transporteurs très remonté a fustigé les efforts des agents de la sécurité. Thierno Bilima Diallo le secrétaire général de la section syndicale préfectorale de Mamou la CNTG dénonce « Je suis très déçu, même un animal sauvage, on ne tire pas de tel nombre de coup. On se demande que font les services de sécurité ? Ils ne font leur travail. On a des sérieux problèmes » déplore t-il.
Le syndicat des transporteurs ne pouvant pas garder longtemps le corps de Mamadou Oury Diallo, a fait appel aux parents de la victime de Pita de venir assister à l’inhumation du chauffeur au cours de cette journée au cimetière de la Poudrière.

La deuxième attaque s’est produite sur la route de Dalaba après 7 kilomètres de la ville de Mamou. Le jeune Alimou Barry conducteur de taxi moto a été attaqué aux environs de 23h par deux braqueurs sur une moto. Trouvé aux urgences de l’hôpital de Mamou, la victime revient sur l’attaque.
« En partance vers la localité de kilomètre 15, j’ai rencontré deux jeunes sur une moto, après ils ont tourné pour me rattraper au niveau d’un point défectueux sur la route. Ils ont pointé l’arme sur moi. J’avais 50 000 GNF et mon téléphone qu’ils ont pris. Après, nous nous sommes bagarrés lorsqu’ils ont voulu prendre ma moto. Constatant ma détermination, ils m’ont abandonné en me donnant un coup de ciseaux sur la tête » se souvient il.
Guineenews

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire