« Hadja Aissata daffé » On ne peut pas l’accepter, il faut que les élections locales se fassent d’abord»

Photo hadja Aissata daffé

Photo hadja Aissata dafféA peine 24heures après la publication du calendrier électoral par la Commission Electoral Nationale Indépendante, pouvoir et opposition laissent éclater leur divergence de vue sur la gestion des prochaines consultations électorales.

a

Les deux camps réagissent et de façon énergique sur les conclusions de Kindia où, la CENI était en retraite pour statuer sur l’avenir du processus électoral.

Des propos recueillis ici et là, démontrent que les choses vont se compliquer d’avantage et les citoyens guinéens doivent encore prendre leur mal en patience. C’est d’abord le RPG arc en CIEL, parti au pouvoir qui a donné le ton en saluant un chronogramme « consensuel », appelant ainsi les leaders de l’opposition à œuvrer pour le respect du délai et partir vers des élections apaisées.

Problèmes, cet argument ne semble pas intéressé les adversaires du président Alpha Condé. Ce dernier est d’ailleurs accusé d’ingérence dans les activités de la CENI.

En effet, Cellou Dalein Diallo et ses pairs se fondent sur certains faits et gestes du chef de l’Etat qu’ils reprochent d’avoir accordé des audiences à des commissaires de l’Institution jugés proches du camp présidentiel. Parmi les nouvelles condamnations, celle de l’honorable Hadja Aissata Daffé, députée à l’Assemblée Nationale Pour elle, l’institution électorale ne représente plus rien aux yeux de l’opposition et au-delà de tout le peuple de Guinée pris aujourd’hui l’otage de seulement de 25 personnes.

Elle estime donc que l’Institution est passée à côté de sa mission et ces commissaires «n’ont aucun respect pour les citoyens guinéens » a-t-elle dénoncé. Poursuivant, elle ajoute que des cadres du parti au pouvoir ont accompagné le président Condé dans une logique qui vise tout simplement à anéantir les efforts déployés ces dernières années. Selon elle, dans le contenu des accords de « juillet 2013» figurent en bonne et due forme la tenue des communales et communautaires juste après les législatives organisées en Septembre 2013 alors que celles-ci devraient se tenir dans un délai de seulement Six mois après le deuxième tour de la présidentielle de Novembre 2010.

Et de l’avis de l’honorable Daffé, Alpha Condé et son gouvernement ont sciemment calculé et préparé «cette mascarade » électorale qu’ils sont entrains d’exécuter aujourd’hui. Devant cette situation, les adversaires au régime ne se ‘’laisseront’’ pas faire promet la parlementaire qui annonce que des actions des partis politiques de l’opposition actuellement en concertation sont ‘’imminentes’’. Mais une question, ont-ils les moyens nécessaires pour secouer le pouvoir et faire changer la donne? L’avenir nous édifiera!

www.guineeinfos.org partenaire du site www.libreopinionguinee.com

 

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here