Guinée: une autre grève se pointe à l’horizon !

0
3046
Photos banbeto
Partager

Un Collectif des enseignants menace d’aller en grève

L’annonce a été faite lors d’un point de presse organisé ce Samedi 09 septembre 2017 à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. A l’occasion, le Collectif des enseignants chercheurs assistants, par la voix de son Président a annoncé que tous les enseignants chercheurs de grade ‘‘ ASSISTANT’’ bouderont les classes dès la rentrée universitaire 2017-2018. Il a évoqué les six points de revendications des 70 à 80 % du corps professoral des IES du pays, à savoir :

La facilitation de la formation des formateurs ;
L’avancement du grade de Maitres-assistants/Chargés de recherche de tous les assistants, et Attachés de recherche ayant une ancienneté d’au moins quatre ans ;
Que cet avancement et celui au grade de Maitre de conférence relèvent des dispositions internes ;
Que l’exercice du droit à la retraite des cadres en exercice dans le système soit effectif selon les règles administratives ;
Que l’accès au grade de Professeur des Universités relève uniquement du CAMES ;
Le relèvement du montant des primes mensuelles accordées aux Assistants/ Attachés de recherche à hauteur de cinq million (5 000 000) GNF.
Pour rappel, c’est suite à la revalorisation des primes des enseignants chercheurs décidée par le Ministre de l’enseignement supérieur le 14 Août dernier qui a mis le feu au poudre. Selon cet accord que l’enseignement supérieur a signé avec celui du budget, les enseignants chercheurs bénéficieront à compter de janvier 2018 des primes mensuelles comme suit :

Les professeurs (de grade) : dix millions par mois

Les maitres de conférences : dix millions par mois

Les maitres assistants : six millions par mois

Seulement voilà, le quatrième corps, le plus important en Guinée qu’on appelle ‘‘ Assistant’’ ne figure pas sur cette liste des primes. Pourtant, selon M. Mamadi Kaba (porte-parole du mouvement), les assistants forment 70 à 80% du corps professoral du pays. ‘‘ C’est nous qui tenons l’essentiel des cours sans oublier que nous sommes majoritaires dans les différents services qui régissent la vie des Institutions d’Enseignement supérieur’’.

Interrogé sur les motivations d’un tel mouvement qui risque d’ajouter d’autres amertumes sur un climat politico-économique déjà amer en République de Guinée, M. Dinah Bangoura entouré des différents représentants des différentes institutions d’enseignement supérieures, n’est pas passé par mille chemins : « Dans les universités, les instituts et centre de recherches, Les grades commencent par les Assistants et attachés de recherche. On est bloqué par tout et dans tout ce qui nous revient : formation, encadrement, primes ; il y a des Masters qui durent plus de quatre ans ; les retraités sont toujours en fonction depuis des années, les conditions d’accès aux différents grades changent à tout moment ; le ministre est asphyxié de mensonges et s’éloigne des réalités ; on nous coupe tout ! Notre combat n’est pas seulement lié aux primes mais à beaucoup de problèmes dont souffre l’enseignement supérieur guinéen. Notre combat n’est contre personne, il est contre ceux qui ne veulent pas voir la Guinée sortir de l’ornière et se développer’’.

Le bureau exécutif a d’ailleurs rajouté que les syndicats de l’enseignement sont informés des démarches entamées depuis le 10 Août 2017 auprès des autorités à tous les niveaux.

En ce qui concerne le cas d’un autre groupe d’Assistants opposés, le Président a répondu que leur combat n’est pas familial ou régionaliste et que tous ceux qui sont ASSISTANT (en majuscule) soutiennent le mouvement et à 100%. Parmi la soixantaine d’assistants présente, quelqu’un n’a pas manqué de dire que le nommé Alpha Oumar Barry (de l’Université de Nzérékoré) qui entend organiser une conférence de presse le mardi prochain, serait un parent direct du Ministre actuel de l’enseignement supérieur. Cet Alpha Oumar Barry serait en train d’appeler quelques Assistants pour rejoindre son contre mouvement en les promettant bourses et études avancées à l’étranger.

La conférence s’est achevée par l’intervention de M. Dina Bangoura qui a remercié la presse et l’ensemble des Assistants du pays avant de rappeler que ‘‘ nous sommes ouvert à toutes les négociations, seulement et soyez sûr chers collègues, les points un, deux et six énumérés ci-haut sont non négociables. Nous lançons notre préavis de grève aujourd’hui, si rien n’est fait d’ici l’ouverture, tous les Assistants de Guinée resteront à la maison’’. Une autre crise s’annonce à un mois du mois d’octobre, n’est-il pas temps pour agir ? Attendons voir !

Libreopinionguinee avec C24

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire