Guinée : Qui était Karamoko Alfa mo Labé ?

Photo Karomoko alpha Mo Labé

Photo Karomoko alpha Mo Labé

a

Une ziyara de Karamoko Alfa mo Labé a été organisée à Labé le vendredi 3 et le samedi 4 avril 2015. Elle a réuni des centaines de ses descendants venus de plusieurs pays, ainsi que des personnalités politiques et notables de toutes les régions de la Guinée.

1 – Sa naissance, ses parents, son enfance

Karamoko Alfa naquit en 1692 (1070 de l’Hégire) à Diooba, dans la sous-préfecture de Poopodara, à Labé. De son vrai nom Mamadou Cellou Diallo, il était le fils d’Alfa Abouh Saliou et de Salimatou Fetti de Sombili. Par sa personnalité et par son œuvre, il devint l’un des plus glorieux descendants de la branche des Khalidouyaabhè issue de Khalidou, le 5e fils de Mawdè, fils aîné d’Illo Yaladi, arrière petit-fils de Bodhhéwal, ancêtre de la tribu des Diallo, lui-même fils de Ougoubatou Ibn Yassirou et d’une princesse du Macina, de race torodo.
Karamoko Alfa passa son enfance à Ley-Billel Khalidouyaabhè. Il entra à l’école coranique à l’âge de 7 ans à Sombily, où il résida jusqu’à ses 15 ans. Il se fit remarquer par son maître comme un disciple surdoué, doux et d’une franchise rare. À 15 ans, il traduisait déjà parfaitement le Coran de l’arabe à la langue peule et passait pour un jeune musulman pieux et engagé sur le chemin de Dieu.
Pour compléter ses études, il se rendit à Bhoundou, dans le Macina, et au Fouta-Toro, les deux plus grands centres islamiques de l’Afrique de l’Ouest, au début du XVIIIe siècle.

2 – Son combat

Karamoko Alfa mo Labé se consacra, corps et âme, jusqu’à son dernier souffle, au rayonnement et à la gloire de l’islam au Fouta-Djalon et dans les pays limitrophes de la Guinée. Il fut :
· l’un des plus illustres ancêtres de la grande famille Khalidouyaabhè qui régna sur le dîwal de Labé (l’une des 9 provinces du Fouta Théocratique) ;
· l’un des précurseurs du djihad qui imposa l’islam au Fouta-Djalon ;
· l’un des premiers érudits et maîtres islamiques (karamoko) du Fouta-Djalon (étude, récitation, traduction et exégèse parfaites du Coran) ;
· l’un des premiers karamoko à ouvrir une école coranique au Fouta-Djalon, qui regroupa autour de lui des centaines de disciples (taalibé) de tous âges ; ce qui le rendit célèbre et lui conféra le tire d’Alfa, c’est-à-dire khalife ou calife ;
· le premier karamoko à entrer ouvertement en guerre sainte contre les païens (fétichistes ou animistes) diallonké et poulli ;
· le fondateur de la ville et de la province de Labé vers l’an 1133 de l’Hégire (1755-1756) ;
· le fondateur de la grande mosquée de Labé, en 1755-1756 ;
· le premier karamoko à organiser les contrées conquises en diiwè (provinces) qui s’étendirent plus tard jusqu’au N’Gabou, en Guinée-Bissau, sous le règne de ses descendants, dont le plus célèbre fut Alfa Ibrahima ;
· l’un des fondateurs de la confédération islamique du Fouta-Djalon, que l’histoire retint sous le nom de Fouta Théocratique ;
· l’Alfa qui proposa le premier son ami et homologue Ibrahima Sambégou Barry de Timbo comme chef suprême de la confédération islamique du Fouta-Djalon, sous le titre d’almamy et sous le nom de Karamoko Alfa mo Timbo ;
La figure de Karamoko Alfa mo Labé se résume à trois dimensions. C’était :
· un grand érudit de l’islam au XVIIIe siècle ;
· un chef militaire et un redoutable stratège qui défaisait aisément l’ennemi ;
· un fin diplomate qui ouvrit le Fouta-Djalon au reste du monde.

3 – Sa disparition

Karamoko Alfa mo Labé mourut à Saarè-Kali en 1150 de l’Hégire (1772-1773), à l’âge de 80 ans, sous le règne de l’almamy Sory Mawdho. Il fut inhumé sur le parvis de la grande mosquée de Labé, qui jouxtait son domicile, à l’endroit qu’il avait lui-même choisi de son vivant comme sépulture. La place devint par la suite le caveau de ses illustres descendants. À titre exceptionnel, de grandes personnalités du Fouta-Djalon non issues de Karamoko Alfa mo Labé y ont été inhumées, et notamment :
· l’almamy Sory Mawdho, qui vint de Timbo et mourut à Labé
· et le célèbre leader politique Siradiou Diallo.
Karamoko Alfa mo Labé a laissé le souvenir d’un saint. C’était un homme insensible aux biens de ce monde.

4 – Sa progéniture

Karamoko Alfa eut 8 enfants dont une fille, Maama Aïssata. Pendant son règne, il eut soin de former ses enfants à l’administration territoriale afin qu’ils fussent aptes à régner sur des régions ou sur des villages importants. Ainsi s’installèrent et régnèrent :
· Môdi Ibrahima Diallo dit Thierno mo Sigon, dans la région de Yembéring ;
· Môdi Saïdou Diallo dit Saïdou mo Sérima, au village de Sérima ;
· Môdi Mamadou Dian Diallo, dans la région de Woora ;
· Môdi Souleymane mo Saarè-Kali, à Saarè-Kali, avec juridiction sur Mérépounta, Koundou Tyankoye, Bombi et Poopodara ;
· Môdi Aliou Diallo dit Môdi Aliou mo Hansanhèrè, à Hansanhèrè ;
· Môdi Amadou Dian Diallo, à Baréma et Missira ;
· Môdi Baïlo Diallo dit Môdi mo Baagnan, à Baagnan ;
Maama Aïssata, elle, épousa Môdi Abdoulaye Souaré dit Maama Doulla, grand chasseur dont les prouesses avaient séduit Karamoko Alfa. De cette union naquirent 5 garçons qui fondèrent le clan des Sééléyaabhè. Ils se répandirent comme suit dans le pays :
· Ousmane Tanou à Lélouma ;
· Bano Taanou à Dalein Kolla ;
· Boubacar Tanou à Monbéya ;
· Saïdou Tanou à Karantagui ;
· Karimou Tanou à Dalein Hindé.

5- Ses successeurs au règne

De 1772 à 1905, les successeurs de Karamoko Alfa mo Labé au règne sur le diiwal furent :
· Thierno Mamadou Dian
· Alfa Mamadou Billo
· Alfa Souleymane
· Alfa Abdourahmane
· Alfa Saliou
· Alfa Abdoulaye
· Alfa Alseyni
· Saïkhou Abdoul Ghadiri
· Alfa Mamoudou Sakhirou
· Alfa Ibrahima Khabirou
· Alfa Mamadou Mawdho
· Alfa Ibrahima Tossooko
· Alfa Souleymane Saarè-Kali
· Alfa Mamadou Cellou Saarè-Kali
· Alfa Abdoulaye Woora
· Alfa Ibrahima Thiéwiirè
· Alfa Yaya Mawdho
· Alfa Gassimiou Mérépounta
· Alfa Mahmoudou Pellel
· Alfa Saliou Koubia
· Alfa Aguibou Koubia
· Alfa Abdoulaye Thiéwiirè
· Alfa Aliou Bèndiou
· Alfa Ibrahima Bassanya
· Alfa Hamidou
· Alfa Mamadou Saïdou Bèndiou
· Alfa Yaya Kadé.

6 – La Fondation Karamoko Alfa mo Labé

En 1993, pour pérenniser l’œuvre de Karamoko Alfa, ses descendants et leurs alliés ont créé une fondation qui porte son nom et dont le siège jouxte la grande mosquée de Labé.
Voici la liste des présidents successifs de la Fondation Karamoko Alfa mo Labé :
1 – Elhadj Mamadou Bôbo (1993-1998)
2 – Elhadj Saykou Pellal (1998-1999)
3 – Elhadj Abdoulaye Daaka (1999-2001)
4 – Elhadj Amadou mo Alfa Yaya (2001-2010)
5 – Elhadj Mamadou Fadiya (à partir de 2010).
À noter que nous avons des confrères parmi les descendants remarquables de Karamoko Alfa mo Labé, et notamment Souleymane Diallo (6e génération), fondateur (en février 1992) et patron du groupe de presse Le Lynx / La Lance, Mamadou Dian Diallo (6e génération), de la RTG, patron de Galaxie Média Communication et El Béchir Diallo (7e génération), journaliste de la première vague du Lynx, qui a également écrit dans L’Indépendant, Le Citoyen et L’Observateur, consultant en communication. Souleymane Diallo est assurément une icône de notre corporation. Lui et El Béchir sont des pionniers de la presse libre guinéenne.

www.libreopinionguinee.com

Macka Balde

 

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here