Guinée: après l’inhumation de ses morts, Cellou Dalein et Aboubacar Sylla dénonce (vidéos)

0
2383
Partager

CONAKRY-une foule compacte a accompagné dans l’après-midi de ce mercredi Ibrahima Sory Sow et Ismaël Bah, deux militants de l’opposition tués lors de la manif du 20 septembre,  à leur dernière demeure, au cimetière de Bambéto.

 Ils sont à présent au nombre de 83 militants à avoir été tués lors des manifestations organisées par l’opposition et qui reposent dans au cimetière de Bambéto. En dépit cette énorme perte en vies humaines, les opposants n’entendent pas lâcher prise. «Nous n’allons pas nous décourager », a lancé le porte-parole de l’opposition qui était perché sur le capot d’un véhicule après l’enterrement de ces deux victimes.

Bien au contraire, déclare Aboubacar Sylla. « Ceux qui sont morts aujourd’hui nous interpellent et nous devons être plus engagés, nous devons galvaniser nos ardeurs pour que leurs sacrifices ne soient pas inutiles. Il faut que leurs sacrifices servent à instaurer dans ce pays un régime respectueux des droits de l’homme, des principes démocratiques et des règles de la bonne gouvernance », a martelé l’opposant.

Le porte-parole de l’opposition s’est, par ailleurs, indigné de voir des jeunes partir assassinés dans la plus grande indifférence des autorités. « Nous sommes triste de voir des jeunes faucher à la fleur de l’âge. Nous sommes tristes que ce régime au lieu de faire la promotion des jeunes, de les aider à trouver des emplois,  à s’épanouir, à être plus heureux(…), se met plutôt à les assassiner. Ce régime assassine donc l’avenir de ce pays », a-t-il fustigé le régime en place.

Plus loin, il a annoncé une marche pour le mercredi prochain pour protester cette fois contre « l’impunité, les violences d’Etat pour faire en sorte que la Guinée ne soit plus un pays où on peut tuer impunément un citoyen libre »

Ensuite, il a exhorté les militants et sympathisants de l’opposition à observer une journée ville morte ce jeudi 28 septembre.

Lire les deux vidéos de Cellou Dalein et de Aboubacar Sylla ci-dessous

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire