Guinée 2020 : De quoi demain sera-t-il fait ?

0
884
Alpha Conde et Cellou Dalein Diallo ufdg
Partager

Faudrait-il recourir à la Boule de cristal, au Devin du village, au Mystère de la rivière sacrée, pour lire dans le devenir de la Guinée ce qui, déjà, au regard des faits du jour, des agissements de nos hommes politiques, des gémissements des pauvres qui déambulent à la quête du quotidien, des lamentations de la jeunesse trompée, ne peut que frapper la vue, comme la lune dans un ciel sans nuage ?

Que de mouvements sociaux, de revendications, de révoltes, de dénonciations, de condamnations, de crimes seront enregistrés, d’ici à 2020 ! Des faits l’ont déjà annoncé, tristement, et le Destin s’accomplira irréversiblement, tel qu’écrit dans les faits et les actes des hommes. La Guinée a raté sa rentrée dans l’histoire. Après plus d’un demi-siècle de souffrance endurée, de misère vécue, d’illusions et de promesses avortées, notre pays devait connaître mieux que cette situation de servitude voilée qui l’éloigne du bonheur souhaité. L’on avait cru, qu’après le régime militaire qui a ouvert la voie à la réflexion et la prise de conscience, le peuple ayant tant subi, aurait fait le meilleur choix. Celui de refuser de subir davantage. Alpha Condé, venu de son exil, après plus de quarante années de haine accumulée, n’était pas ce Messie qu’on attendait, certes, aujourd’hui, nous l’avons tous compris, à nos dépens. Tout comme Cellou Dalein n’était pas celui sur lequel il fallait fonder son espoir, sinon comment aurait-il laissé passer l’opportunité de ses 42% au premier tour de l’élection présidentielle de 2010, pour se contenter, après mille autres défaites consommées, de porter la couronne du vaincu, ce ridicule titre de Chef de File de L’Opposition politique ? Aussi surprenant que cela le paraitrait, ni l’un ni l’autre ne seront du rendez-vous de 2020. Du fait, une analyse s’impose à notre intelligence échaudée. Que deviendront, à la veille de 2020, tous ces conseillers repus qui, des années durant, n’auront rien apporté, sinon que d’être les complices coupables des souffrances infligées aux guinéens ? Pourtant, quelques uns d’entre eux abandonneront Alpha Condé aux dernières heures du second et dernier mandat, pour se repositionner sur l’échiquier politique, à la recherche de nouveaux points de chute. Quant à Cellou Dalein , les choses ne seront pas aisées. Les crimes qu’il met aujourd’hui au compte d’Alpha Condé seront mis à son actif par ses nouveaux adversaires. Pourquoi, en effet, se demanderont-ils, tant de sacrifices humains, quand on sait que chaque marche organisée fait ses morts ? Des comptes risqueraient de lui être demandés, quand Alpha Condé aura jugé bon de regagner la France, pour se taper une fin de vie moins mouvementée. Aussi, de nouveaux leaders issus du Fouta seront du festival. L’irrépressible Sidya Touré sera là, peut-être, si Dieu lui donnait encore à vivre, avec ses beaux discours de salon climatisé, rien que pour dénoncer et condamner les autres. La Basse Côte, il ne saurait plus y compter, d’autres, plus cotés, lui barreront le chemin. Il pourrait aller tenter ses chances du côté de la communauté Diakanké qu’il avait abandonnée, dans son aventure en Côte d’Ivoire où il aurait préféré être ‘’Touré’’. Les conditions le lui exigeaient.

Qui à la tête de la Guinée en 2020 ?

Des nostalgiques penseront faire revenir un célèbre revenant, Moussa Dadis Camara dont le séjour prolongé au Burkina Fasso n’aura été qu’un supplice abrutissant pour son esprit. Aurait-il assez de compétences, loin de la junte, pour se faire comprendre ? En récapitulant, pour les esprits simples, Ce sera un toilettage politique pour la Guinée. La vieille génération aura difficilement voix au chapitre, et la nouvelle génération, beaucoup de peine à convaincre. L’essentiel aura été fait, c’est de tourner toutes ces pages sombres de nos histoires, pour le bonheur de notre nation.

BAH Boubacar Binany

Journaliste en exil /contact@guineeinfos.org

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire