Grève en Guinée «Interdiction formelle de négocier avec les syndicalistes frondeurs » menace Alpha Condé

0
5362
Alpha Conde lors de la conférence de presse au palais sekhoutoureya
Alpha Conde lors de la conférence de presse au palais sekhoutoureya
Partager

Guinée, selon des sources proches du gouvernement, le président de la République aurait formellement interdit a tout membre du gouvernement d’entamer une quelconque négociation avec les syndicalistes frondeurs. Pour le chef de l’Etat, ’’cette grève est sauvage et illégale, donc pas question de négocier avec des fauteurs de troubles’’, menace Alpha Condé.

Même réaction au niveau du ministre porte-parole du gouvernement. Albert Damantang Camara s’est inscrit en faux par rapport aux rumeurs selon lesquelles, le gouvernement aurait envoyé des émissaires rencontrés Aboubacar Soumah et son clan pour négocier. Pour lui, cette question n’est pas du tout à l’ordre du jour de l’agenda gouvernemental.

«Je m’inscrit en faux, faux et faux, le gouvernement n’a envoyé personne rencontré les syndicalistes frondeurs, ce ne sont que des rumeurs, nous n’avons pas l’intention de négocier avec des gens qui ne respectent pas les lois de la République. Le président est claire la dessus, cette grève est sauvage et illégale.» martèle le ministre porte-parole du gouvernement.

Cette réaction du ministre Albert Damantang Camara vient donc contredire les rumeurs selon lesquelles la démarche entreprise par les religieux pour réconcilier les deux camps aurait été commanditée par le gouvernement.

Il faut rappeler que Soumah et son clan ont maintenu ce vendredi 01 décembre 2017 leur mot d’ordre de grève. Ce matin, les gendarmes ont empêché les syndicalistes du SLECG de tenir leur réunion à Donka.

A quand donc la fin de cette crise qui paralyse le secteur de l’éducation en Guinée?

Libreopinionguinee avec ledevoir

 

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire