Gouvernance des ressources naturelles: la Guinée placée 63e sur 81 pays dans le monde

0
1535
Alpha Conde et son gouvernement
Alpha Conde et son gouvernement
Partager

La Directrice de l’Afrique francophone de Natural Resource Governance Institute (NRGI), Evelyne Tsagué, a procédé, ce 28 juin 2017, à la publication du Rapport de l’Indice de gouvernance des ressources naturelles. Il s’agit d’un indice d’évaluation du contrôle des ressources naturelles par les pays.

L’objectif de cette étude est de sensibiliser globalement aux défis de gouvernance dans le secteur extractif, encourager un dialogue mondial éclairé sur la gouvernance extractive et permettre aux parlements et aux gouvernements d’assurer de meilleurs choix politiques publics en vue de promouvoir une bonne gestion desdites ressources.

L’enquête a concerné, selon Mme Evelyne Tsagué, 81 pays à travers le monde. Le classement de cette étude révèle que la Guinée occupe la 63e modeste place sur les 89 évaluations réalisées. En Afrique subsaharienne, sur 28 pays concernés, elle est à la 20e place.

« Le secteur minier de la Guinée obtient une note de 38 points sur 100 selon l’Indice de gouvernance des ressources naturelles », peut-on lire sur le Rapport 2017 de NRGI qui a pris exclusivement en compte la période 2015-2016. .

Selon Mme Tsagué, dans un pays, où il y a une mauvaise gouvernance extractive, les populations sont à la fois pauvres et riches. De ce fait, une bonne gestion atténue les méfaits sur l’environnement et réduit considérablement la pauvreté.

C’est pourquoi, la directrice francophone Afrique de NRGI a rappelé que « dans les pays où la gouvernance des ressources naturelles est insuffisante, les entreprises manquent souvent de rigueur dans les efforts de protéger les communautés et l’environnement ». Elle ajoute que les trois composantes de l’étude de NRGI a porté sur la réalisation de la valeur, la gestion des ressources et les conditions générales de gouvernance qui ont, à leur tour, des composantes liées aux conditions d’attributions des titres, à l’imposition, à l’impact local et aux entreprises publiques.

Pour la réalisation de cette étude, les enquêteurs ont utilisé 133 questions, 54 indicateurs, 14 sous-composantes, 3 composantes et une note composite. Elle a révélé aussi qu’une meilleure gouvernance des ressources naturelles peut aider à faire sortir 1,8 milliards de personnes de la pauvreté.

Enfin, la Rapport indique que « la plupart des pays (riches en ressources naturelles, ndlr) sont confrontés à de redoutables défis de gouvernance, mais la richesse n’est pas une condition préalable à la bonne gouvernance ».

Dans le monde, les Etats de l’Europe du Nord ont la meilleure note, suivis de l’Amérique du Nord. En Afrique, le Ghana et le Botswana sont les meilleurs élèves dans le secteur extractif.

Amadou Kendessa Diallo

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire