Gbessia Cité 1 : Elle asperge sa rivale de la soude-caustique

0
296
Partager

Dans la nuit du mardi 24 mai dernier, une jeune fille, Safi Camara a été physiquement agressée par sa rivale, M’Ma Hawa Sacko, une étudiante d’une vingtaine d’années qui a jeté de la soude caustique sur son visage, affectant gravement sa cavité buccale.
L’acte s’est passé au quartier Gbessia cité 1 dans la commune de Matoto. Selon les renseignements, les deux filles fréquentent le même homme, un certain Boubacar Kalissa.
Ne supportant pas de partager son ‘’homme’’ avec une autre, M’Ma Hawa Sacko a mis en place un plan cynique, qu’elle exécutera la nuit du mardi.
Aux environs de 21 heures, elle se fait passer pour Boubacar, appelle sa rivale. Comme entre amant, un rendez-vous est fixé dans un coin du quartier.
La pauvre Safi en grossesse, ne pouvait imaginer ce qui l’attendait. Elle se pointe à l’heure, au lieu indiqué. Mais en lieu et place de son ‘’bb’’, elle tombe sur sa rivale. Elle n’eut pas le temps de le réaliser. Celle-ci l’avait aspergé d’un liquide chaud et brûlant sur le visage : la soude-caustique. « Lorsque la fille est venue, elle (M’Ma Hawa Sacko) a jeté la soude-caustique sur son visage », nous confie une source. Perplexe, Safi crie au secours, mais son agresseur réussi a détalé.
La victime est transportée d’urgence dans une clinique de la place pour les premiers soins, puis transférée à l’hôpital national d’Ignace Deen. Mais le produit, très toxique, avait déjà fait ses effets. Sa bouche et sa langue sont gravement atteintes et déformées.
Informés, les jeunes du secteur en colère, se sont déchainés sur la concession familiale de M’Ma Hawa Sacko, qu’ils mettent à sac, puis réduits en poussière le groupe scolaire de sa mère.
Il a fallut l’intervention des forces de l’ordre pour disperser les badauds et limiter les dégâts.
Selon une autre source, l’agresseur n’est pas à ses premiers essais. « L’année dernière, avec une lame, elle a blessé une fille qu’elle soupçonnait sortir avec le même jeune », nous révèle Fodé Sylla, un citoyen du quartier qui accuse la fille d’agir avec « préméditation ».L’affaire avait été réglée à l’amiable. Ses parents ayant présenté des excuses à la famille de la victime.
La présumée auteur, finalement mise aux arrêts, est en garde-à-vue à la DPJ (Direction de la police judiciaire) pour des fins d’enquête.
Avec kibanyiguinee.info

Comments

commenter ici

Laisser un commentaire