François Fillon avoue enfin avoir touché de l’argent détourné du Sénat

Lors de sa conférence de presse, François Fillon, interrogé sur les milliers d’euros d’argent public qu’il aurait touché indûment lors de son passage au Sénat, n’a pas nié les faits, rejetant la faute sur « des pratiques politiques très anciennes ».

a

Mediapart accusait François Fillon d’avoir bénéficié, lors de son passage au Sénat, d’un « détournement de fond public ». Ce qu’a avoué François Fillon lors de sa conférence de presse.
En pleine tempête après le révélations du Canard enchaîné sur l’emploi présumé fictif de son épouse comme collaboratrice parlementaire, François Fillon est confronté à une autre affaire. Moins médiatique mais tout aussi gênante pour la stature d’homme irréprochable qu’il s’était forgée lors de la primaire. Le 28 janvier Mediapart a en effet révélé que François Fillon, alors élu sénateur de Paris, avait touché entre 2005 et 2007, « une partie des crédits théoriquement réservés à la rémunération d’assistants, grâce à un système de commissions occultes ». Un pactole estimé à 21 000 euros par le JDD, qui a également mené l’enquête.

>> L’autre affaire des assistants parlementaires
Le système est simple. Lorsque les élus n’épuisaient pas l’ensemble de leur enveloppe attribuée par le Sénat pour rétribuer leurs collaborateurs, plutôt que de rendre le reliquat à l’institution, certains élus le reversaient à leur « groupe politique », pour permettre d’embaucher des assistants supplémentaire dédiés à la vie du groupe. Mais de 2003 à 2014, écrit Médiapart, « le système a été perverti côté UMP : des sénateurs récupéraient en douce un tiers du crédit qu’ils déléguaient au groupe. »

Un véritable système de détournement de fonds publics aurait été mis en place. Plusieurs élus ou anciens élus ont d’ailleurs étaient mis en examen pour « recel de détournements de fonds publics » mi-janvier, dont Henri de Raincourt ou René Garrec. L’enquête judiciaire se limitant pour le moment aux faits postérieurs à 2009, soit deux ans après le départ de Fillon du Sénat.

Le 4 février, Mediapart a publié un document accablant. Un chèque signé à l’ordre de « Monsieur François FILLON », d’une somme de 3 221 euros et 73 centimes. Le JDD affirme qu’il y a eu sept chèques de la sorte.

Ce lundi 6 février donc, François Fillon, lors de sa conférence de presse, après avoir martelé son honnêteté et ses « 32 ans d’éthique irréprochable », semble pris de court lorsqu’il est interrogé sur ces versements. Puis de répondre :

« Ce sont les pratiques de la vie politique dont je vous parlais dans mon propos liminaire, qui sont très anciennes. Est-ce que je suis à l’origine de ces pratiques ? non. Est-ce que je suis poursuivi pour ces pratiques ? non. Est-ce qu’elles doivent cesser ? oui. »

Des aveux en bonne et due forme dans la plus grande indifférence des journalistes sur place. Mais de quoi intéresser les enquêteurs s’ils décident de se pencher sur la période d’avant 2009.

Pour le public, le candidat tente alors une diversion en proposant la « mise en place d’un vrai statut renouvelé de l’élu totalement transparent ».

Reste à savoir si Monsieur Fillon est vraiment le mieux à même de le réaliser. Après cette conférence de presse, rien n’est moins sûr…

 

Comments

comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here